Logo Perspectives med

Nouveau raid israélien sur Homs : Tel-Aviv ignore les mises en garde de Moscou

A l’heure où Benjamin Netanyahu a été chargé par le président israélien de former un nouveau gouvernement, l’armée sioniste qui a annoncé lancer des manœuvres dans le Golan syrien jusqu’à jeudi prochain, a mené des raids sur Homs.
Nouveau raid israélien sur Homs

Deux soldats syriens ont trouvé la mort dans ce raid et 3 autres ont été blessés, assure-t-on depuis Damas. Cette attaque aérienne, menée par l’armée israélienne depuis le Liban, a causé des dégâts au niveau de l’aéroport Chouairat de Homs. La DCA syrienne assure de son côté que plusieurs missiles ont été interceptés au niveau de la région sud-est de la ville de Homs.

Il y a lieu de signaler que cette nouvelle attaque coïncide avec la mission dévolue à B. Netanyahu pour la constitution de son gouvernement. Le nouveau chef du gouvernement sioniste, allié inconditionnel des formations ultras, que l’on présente comme « proche » du Président russe, n’a pas hésité lorsqu’il était aux affaires de « mener » des opérations sur le sol syrien et ce, en dépit des mises en garde de Moscou. Changera-t-il de politique cette fois-ci ? Rien ne confine à le croire… En attendant, il a fort à faire pour former son équipe gouvernementale, notamment face à la voracité dont font preuve les formations fascistes qui le soutiennent.  « Je serai le Premier ministre de tous, de ceux qui ont voté pour nous, mais aussi de tous les autres. C’est ma responsabilité », a-t-il proclamé en donnant le coup d’envoi aux tractations politiques.

S’il y parvient, ce sera la sixième fois, un record jamais égalé, que le surnommé « Bibi » officiera à la tête d’un Exécutif israélien. Même si cette fois-ci, il se trouve à la tête du gouvernement le plus à droite que le pays ait connu.

En théorie, la tâche ne s’annonce pas compliquée puisque 64 députés élus sur 120 lui ont apporté leur soutien pour la formation de la coalition. Ainsi, le Premier ministre désigné pensait pouvoir présenter son gouvernement dès mercredi. Mais dans la pratique, les choses semblent beaucoup moins aisées en raison de l’appétit démesuré des cinq formations partenaires du Likoud, parti de B. Netanyahu. Les portefeuilles de la Sécurité intérieure, comme de la Défense, sont réclamés par un parti d’extrême droite raciste et homophobe. Le programme politique fait également débat. Il prône le renforcement des colonies de peuplement, une attaque frontale contre la Cour suprême et la non-reconnaissance des conversions au Judaïsme pratiquées par des rabbins non orthodoxes.

Recommandé pour vous