#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Marché du travail : Les services premier pourvoyeur d’emploi en 2023

Le secteur des "services" est le premier pourvoyeur d'emploi de l'économie nationale en 2023, employant 5.114.000 personnes, soit 48,3% de la population active occupée, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).
Marché du travail : Les services premier pourvoyeur d'emploi en 2023

L’agriculture, forêt et pêche arrive en deuxième position avec 2.947.000 personnes (27,8%), devant l’industrie y compris l’artisanat » avec 1.296.000 personnes (12,2%) et le secteur du bâtiment et travaux publics – BTP avec 1.228.000 personnes (11,6%), indique le HCP dans sa récente note d’information relative aux principales caractéristiques de la population active et ses composantes. Parmi les 5.114.000 personnes exerçant dans le secteur des « services », 31,3% relèvent de la branche du commerce, 12,7% des services sociaux fournis à la collectivité et 12,1% du transport, entrepôts et communications, précise la même source.

Ladite note fait également ressortir que près des deux-tiers (66,5%) des actifs occupés citadins exercent dans le secteur des « services » et 16,8% dans « l’industrie y compris l’artisanat ». En milieu rural, 64% des actifs occupés exercent dans « l’agriculture, forêt et pêche ». Les professions les plus exercées sont celles des « artisans et ouvriers qualifiés des métiers artisanaux » avec 18,9% de l’ensemble des actifs occupés, des « manœuvres non agricoles, manutentionnaires, petits métiers » (18,3%) et des « ouvriers et manœuvres de l’agriculture et de la pêche » (17,3%).

Par ailleurs, le HCP révèle que l’emploi salarial touche près de 6 actifs occupés sur 10 (58,9%). Il reste plus fréquent parmi les femmes citadines actives occupées avec 85,9% contre 67,3% parmi leurs homologues hommes. Les indépendants, quant à eux, représentent 26,3% des actifs occupés, 29,9% parmi les hommes et 12,4% parmi les femmes. Les aides familiales représentent 10,5%, avec une forte concentration chez les femmes rurales (67,6%) et le statut d’employeur représente 1,9% de l’ensemble des actifs occupés.

En outre, le HCP indique que près de la moitié (49,9%) des actifs occupés n’ont aucun diplôme, 32% ont un diplôme moyen et 18,1% un diplôme supérieur. Parmi les actifs occupés exerçant dans le secteur de « l’agriculture, forêt et pêche », 77,2% n’ont aucun diplôme. Cette proportion atteint 56,7% dans le secteur des BTP, 40,9% dans « l’industrie y compris l’artisanat » et 34,7% dans les « services ». Concernant les indépendants, 65,8% d’entre eux ne disposent d’aucun diplôme, 27,8% ont un diplôme moyen et 6,4% un diplôme supérieur. Pour les salariés, ces proportions sont respectivement de 40,4%, 34,4% et 25,2%.

Au volet du mode d’insertion dans le marché du travail, le HCP précise que près de 11% des actifs occupés exercent un emploi non rémunéré, avec une proportion plus élevée chez les ruraux (24,6%) que chez les citadins (2,2%), et parmi les femmes (28,5%) que parmi les hommes (6,4%). Les jeunes de moins de 25 ans sont particulièrement plus touchés par le travail non rémunéré avec une part de 33,5% contre 7,5% pour les adultes âgés de 45 ans et plus. Les personnes n’ayant aucun diplôme sont également plus touchées par l’emploi non rémunéré avec une part de 14,7% contre 7,4% pour les détenteurs d’un diplôme, relève le HCP, ajoutant que près d’un actif occupé sur 10 (10,2%) exerce un emploi de type occasionnel ou saisonnier, 15,5% en milieu rural et 6,8% en milieu urbain.

Chômeurs pour moitié des primo-demandeurs d’emploi

La proportion des chômeurs primo-demandeurs d’emploi au Maroc s’est établi à 51,2% en 2023. En 2023, la majorité des chômeurs (82,3%) résident en milieu urbain, et parmi eux, 75,7% ont moins de 35 ans. De plus, 82,6% des chômeurs sont diplômés et 31,1% sont des femmes. Près de la moitié des chômeurs (51,2%) sont des primo-demandeurs d’emploi, et un pourcentage élevé (66%) sont au chômage depuis une année et plus, précise le HCP dans sa note.

Après avoir baissé de 12,3% à 11,8% entre 2021 et 2022, le taux de chômage est remonté à 13% en 2023, ce qui représente une augmentation de 1,2 point par rapport 2022, rappelle la même source, relevant que ce taux est passé, entre 2022 et 2023, de 15,8% à 16,8% en milieu urbain (+1 point) et de 5,2% à 6,3% (+1,1 point) en milieu rural. Le taux du chômage a enregistré une hausse de 1,1 point parmi les femmes, passant de 17,2% à 18,3%, et de 1,2 point parmi les hommes, de 10,3% à 11,5%. Cette hausse a concerné l’ensemble des catégories d’âge. Ainsi, le taux de chômage est passé de 32,7% à 35,8% (+3,1 points) parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, de 19,2% à 20,6% (+1,4 point) pour les personnes âgées de 25 à 34 ans, de 6,4% à 7,4% (1 point) pour celles de 35 à 44 ans, et de 3,3% à 3,7% pour celles de 45 ans et plus (+0,4 point). Selon le diplôme, le taux de chômage a enregistré une hausse de 1,1 point parmi les diplômés, passant de 18,6% à 19,7%, et de 0,7 point parmi les personnes n’ayant aucun diplôme, passant de 4,2% à 4,9%. Ce sont les diplômés de niveau moyen qui ont enregistré la hausse la plus importante avec un taux passant de 14,1% à 15,8% (+1,7 point). Ce taux a enregistré sa forte hausse parmi les titulaires de certificats en spécialisation professionnelle (+2,5 points avec un taux de 25,0%), suivis des titulaires des diplômes et certificats de l’enseignement primaire et secondaire collégial (+1,8 point avec un taux de 14,6%).

Le taux de chômage des diplômés de niveau supérieur a enregistré une quasi-stagnation, passant de 25,8% à 25,9%. Parmi cette catégorie, le taux de chômage des titulaires des diplômes supérieurs délivrés par les écoles et les instituts (y compris doctorats en médecine et en pharmacie) a connu une hausse de 0,7 point atteignant 9,4%. Par ailleurs, au cours de cette période, le chômage a été marqué par la hausse de la proportion des personnes récemment en chômage.

La part des personnes en situation de chômage depuis moins d’un an s’est élevée de 31,3% à 33,3%. Ainsi, la durée moyenne de chômage est passée de 33 mois à 32 mois. D’un autre côté, le HCP fait remarquer que 27,8% des chômeurs se sont retrouvés dans cette situation suite à l’achèvement des études et 27% suite au licenciement ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement. Et de préciser que “le volume des chômeurs ayant déjà travaillé a connu, entre 2022 et 2023, une augmentation de 98.000 personnes, passant de 673.000 à 771.000. De ce fait, leur part est passée, au cours de cette période, de 46,7% à 48,8%”.

Selon la même source, près de 80,9% des chômeurs ayant déjà travaillé résident en milieu urbain, plus de trois quarts sont des hommes (79%) et plus de la moitié d’entre eux sont des jeunes âgés de 15 à 34 ans (56,7%). Le HCP fait aussi savoir que près de 7 chômeurs ayant déjà travaillé sur 10 (71,2%) ont un diplôme, 46,2% de niveau moyen et 25% de niveau supérieur. En outre, 85,2% de ces chômeurs étaient des salariés et 13,3% des auto-employés. Près de 55,2% exerçaient dans le secteur des ” services”, 18,4% dans les BTP (bâtiment et travaux publics) et 16% dans “l’industrie y compris l’artisanat”.

Près de trois sur dix de ces chômeurs (30,1%) exerçaient en tant que manœuvres non agricoles, manutentionnaires ou travailleurs de petits métiers, près d’un quart (28,3%) en tant que commerçants ou artisans et 20,6% en tant qu’employés.

Recommandé pour vous