#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

L’ONU au chevet de Bamako : Pas de mandat officiel pour négocier avec les djihadistes…

Une délégation du Conseil de sécurité des Nations Unies effectuera les 23 et 24 octobre une visite officielle à Bamako afin d'évaluer la situation politique au Mali, a annoncé le ministère malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

L’objectif principal de cette mission est d’évaluer la situation politique, sécuritaire, humanitaire, des droits de l’Homme, de développement, du calendrier de la transition ainsi que l’état de la mise en œuvre des mesures prioritaires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger par les parties signataires, ajoute le ministère malien dans un communiqué.
Au cours de son séjour, la délégation onusienne aura des rencontres avec les autorités de transition, le personnel de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), les différentes parties impliquées dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, ainsi qu’avec les autres acteurs nationaux et internationaux de la crise malienne.
A rappeler qu’un cadre de consultations régulières a été institué entre le gouvernement du Mali et l’ONU depuis l’adoption en 2013 de la résolution 2100 (2013) du Conseil de sécurité créant la MINUSMA.
Après Bamako, la délégation du Conseil de sécurité se rendra à Niamey, au Niger.
A signaler que le gouvernement malien a apporté un ferme démenti aux informations ayant circulé sur sa décision d’ouvrir le dialogue avec les djihadistes. Le gouvernement nie avoir mandaté qui que ce soit pour dialoguer avec les groupes terroristes liés à al-Qaïda. Ni le Haut Conseil islamique (HCI) ni aucune autre instance, dit un communiqué, diffusé jeudi 21 octobre 2021, qui indique tout de même prendre acte que des bonnes volontés se sont manifestées pour mener des négociations. Au début de la semaine, plusieurs sources, dont le ministère des Affaires religieuses et le HCI avaient pourtant confirmé cette mission de bons offices.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous