#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Le FPLP-CG perd son leader : A. Jibril, plus qu’une légende dans le combat antisioniste

Previous slide
Next slide

Sa mort a été confirmée par le mouvement FPLP-CG et deux de ses amis qui ont précisé qu’il était décédé dans un hôpital de Damas.
Les Brigades du martyr Jihad Jibril (branche armée du FPLP-CG) ont souligné qu’elles poursuivront « la voie de la résistance jusqu’à la libération de la Palestine ».
A. Jibril avait cofondé en 1967 le Front populaire de libération de la Palestine, historiquement marqué à l’extrême gauche, avec Georges Habache, puis s’en était détaché dès l’année suivante en créant le FPLP-CG, dont il était devenu le secrétaire-général.
Connu pour son opposition à toute négociation entre Palestiniens et l’entité sioniste, le mouvement d’Ahmad Jibril s’était farouchement opposé à l’accord entre l’entité sioniste et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).
Après le début du conflit syrien en 2011, le FPLP-CG s’était rapproché de Damas, en devenant un allié indéfectible. En 2012, des membres du FPLP-CG avaient ainsi combattu aux côtés de l’armée syrienne contre des insurgés à Yarmouk, un camp de réfugiés palestiniens devenu progressivement un quartier de Damas. Mais dans la mémorable bataille libano-israélienne de 2006, A. Jibril avait ouvert ses dépôts d’armes au Hezbollah pour le soutenir dans l’effort de guerre contre l’entité sioniste. Un soutien salué à sa juste valeur par les responsables du Hezbollah qui ont réussi à déloger l’armée israélienne d’une bonne partie du sud-Liban.
Le FPLP-CG a mené plusieurs opérations anti-israéliennes dans les territoires occupés en Palestine. A. Jibril avait par ailleurs perdu son fils aîné en mai 2002 lors d’un attentat à la voiture piégée à Beyrouth, attribué par le mouvement à Israël.
Pour rappel, le FPLP-CG est considéré comme une organisation « terroriste » par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne.

Recommandé pour vous