Logo Perspectives med

Le chef de la junte malienne gracie les soldats ivoiriens : Clap de fin dans la crise Bamako-Abidjan ?

Le groupe de militaires ivoiriens condamnés, entre autres, pour tentative d'atteinte à la sûreté extérieure de l'État et incarcérés au Mali, ont bénéficié de la grâce du président de la transition malienne, le colonel Assimi Goïta. Mettant un terme à la tension entre Bamako et Abidjan.
Le chef de la junte malienne gracie les soldats ivoiriens

Les 46 soldats ivoiriens ont regagné, samedi, Abidjan. Des hauts gradés des armées malienne et ivoirienne étaient présents à leur départ de Bamako, où ils ont embarqué à bord d’un avion des forces armées ivoiriennes, sans cérémonial. L’appareil a décollé à 16h50. Il devait faire étape par le Togo, où les soldats devaient rencontrer le président Faure Gnassingbé, médiateur de la crise ivoiro-malienne. Les ex-prisonniers seront reçus au pavillon présidentiel de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny par le président ivoirien Alassane Ouattara en présence des familles.

Des témoins dans le camp de la gendarmerie de Bamako où les soldats étaient détenus indiquent que l’annonce de la grâce présidentielle, vendredi soir, a été accueillie avec une joie contenue. Leur chef de groupe, le lieutenant Kouassi Sanni Adam, qui conduisait la mission quand ces militaires ont été arrêtés en juillet, a ordonné à ses hommes de rester dignes. Ceux-ci ont affirmé à leurs avocats ne pas avoir été maltraités durant leur détention.

Ces 46 militaires avaient été condamnés la semaine dernière par la justice malienne à 20 ans de réclusion et 2 millions d’euros d’amende, notamment pour « atteinte et complot contre le gouvernement ». Trois soldates, libérées en septembre, avaient quant à elles été condamnées à la peine de mort par contumace et 10 millions d’euros d’amende.

Tous avaient été arrêtés le 10 juillet dernier sur le tarmac de l’aéroport de Bamako, la junte malienne les accusant d’être des mercenaires armés ayant pour objectif de déstabiliser, voire renverser le gouvernement de transition. Abidjan avait fermement démenti et assuré que ces soldats étaient en mission pour l’ONU dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la Minusma. Vendredi soir, le gouvernement malien a annoncé que le président de transition, le colonel Assimi Goïta, avait « accordé sa grâce avec remise totale de peines aux 49 ivoiriens condamnés par la justice malienne ».

Recommandé pour vous

×

Rejoignez-nous sur Facebook