#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

L’armée israélienne sous pression du Hezbollah : Une salve de missiles contre une caserne dans le Golan

Le Hezbollah libanais a publié cinq communiqués sur sa chaîne Telegram en une heure, revendiquant des attaques contre du « matériel d'espionnage » israélien dans les fermes de Chebaa, et « à proximité du site d'al-Malikiyah ». Le site de Zabdin, dans les fermes de Chebaa, a aussi essuyé des tirs des roquettes, armes utilisées aussi contre le site d'al-Malikiyah et contre Bayad Blida.
L’armée israélienne sous pression du Hezbollah : Une salve de missiles contre une caserne dans le Golan

Des avions de combat israéliens ont attaqué un site militaire où résidaient des membres du Hezbollah près de Maroun el-Ras et trois bâtiments militaires dans la zone des villages de Yohmor et Naqoura, dans le sud du Liban. L’artillerie israélienne a lancé aussi des attaques sur plusieurs zones et des avions de combat ont attaqué d’autres infrastructures dans la région de Meiss al-Jabal. Des tirs ont été entendus du côté de Manara, Har Dov et Malkia, sans faire de blessés, et l’armée israélienne a riposté. Des médias israéliens, dont Channel 12, avaient fait état de 30 roquettes tirées depuis le Liban sur la Haute Galilée. Le Hezbollah a revendiqué des tirs contre une caserne israélienne Kayla‘ dans le Golan syrien occupé à l’aide de plusieurs dizaines de roquettes Katiouchas. Comme il a assuré avoir détruit un char Merkava dans un tir contre la position israélienne al-Bagdadi. Le correspondant d’AlManar a rapporté que les drones israéliens ont tiré deux missiles contre une maison dans la localité de Yohmor, à Nabatieh, sans faire de blessés.

Autant dire que la journée de vendredi a été particulièrement chaude à la frontière libano-palestinienne. Ghiora Anbar, général de brigade au sein de l’armée d’occupation et ancien commandant de la brigade Golani, a affirmé que « le Hezbollah n’est pas stupide et ses combattants changent de tactique, développent leurs capacités et augmentent la portée des missiles Kornet ».

« Ils ne commettent pas d’erreurs », a encore dit le général qui sert à la frontière avec le Liban, rapporte le quotidien Maariv. « La  ceinture de sécurité se trouve désormais en Israël  et non au Liban, ce qui témoigne du sentiment d’échec des soldats de réserve, incapables de ramener les colons dans leurs maisons  », relève-t-il encore.

Pour Avichaï Stern, maire de la colonie de Kiryat Shmona, « les dirigeants de l’armée israélienne doivent moins parler et faire plus. Nous avons entendu des promesses selon lesquelles ils ramèneraient le Liban à l’âge de pierre outre les menaces sur des lignes rouges à ne pas franchir dont je ne sais plus de quelle couleur elles sont ».

A ses yeux, « le niveau d’anxiété parmi les habitants de Kiryat Shmona a augmenté, avec un sentiment de frustration. Depuis deux jours, je reçois des appels d’eux. Ils sont dans un état hystérique, craignant qu’on leur demande de retourner dans le nord. Et tout cela alors que rien n’est fait pour écarter le danger qui menace nos vies ».

Plus de 21.000 des colons de Kiryat Shmona y ont été déplacés et se sont réfugiés dans des appartements et des hôtels temporaires à travers le territoire palestinien occupé.

Uri Gordin, général de division et commandant de la région nord dans l’armée d’occupation a déclaré avant de rencontrer vendredi les chefs des colonies frontalières avec le Liban qu’« ils ont l’intention d’exiger un cessez-le-feu du Hezbollah contre les colonies dans la Galilée », a rapporté le quotidien israélien Yediot Aharonot.

Rappelons que des dizaines de missiles du Hezbollah se sont abattus, la veille jeudi, sur les casernes et les colonies du nord de la Palestine occupée, « en soutien au peuple honorable de Gaza et à sa vaillante résistance ».

Dans la soirée de jeudi, le Hezbollah a bombardé la base aérienne de Méron avec des obus Falaq, en riposte à l’agression militaire israélienne visant une voiture dans une rue commerçante à fort trafic dans la ville de Nabatieh, au sud-Liban.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous