Logo Perspectives med

La Tunisie dénonce les ingérences étrangères : K. Saïed veut un dialogue général déjà critiqué par l’UGTT

La résolution adoptée par le Parlement européen appelant à "un retour à la normalité" et l’établissement "d’une feuille de route claire" en Tunisie a provoqué la colère de Kaïs Saïed. Le Président tunisien a dénoncé ce qu’il considère « une ingérence dans les affaires interne » de son pays.

Un sentiment de colère que semble partager la population tunisienne. Le Parlement européen a adopté jeudi 21 octobre une résolution sur la situation en Tunisie. Le texte critique ouvertement les mesures prises par le Président K. Saïed le 25 juillet lorsqu’il a gelé le Parlement et limogé le gouvernement de Hichem Mechichi. Les parlementaires européens, qui ont adopté cette résolution par 534 voix pour (45 contre et 106 abstentions), ont invité le chef de l’Etat tunisien « à un retour à la normalité et la nécessité d’établir une feuille de route claire ».
« Le parlement européen réaffirme que le partenariat privilégié entre l’Union et la Tunisie ainsi que le processus démocratique en Tunisie lui tiennent à cœur; trouve le décret présidentiel nº 2021-117 profondément inquiétant, car il concentre les pouvoirs entre les mains du Président pour une durée indéterminée; souligne une nouvelle fois que le respect de l’état de droit, de la Constitution et du cadre législatif doit être préservé, et rappelle que le parlement doit être légitime et fonctionner correctement, car il s’agit de l’institution qui représente le peuple; déplore par conséquent la suspension du Parlement tunisien, décidée le 24 août 2021 par le Président Saïed pour une durée indéterminée; insiste vigoureusement sur le fait qu’un parlement est une institution essentielle à la démocratie, et qu’il est nécessaire pour mener toute réforme de la Constitution « , lit-on dans les points 1 et 3 de cette résolution.
Par ailleurs, les eurodéputés s’inquiètent « de l’ingérence étrangère qui sape la démocratie tunisienne » et soulignent « qu’il est urgent de surmonter la crise socio-économique que connaît le pays au moyen de réformes et de politiques structurelles ».
La réaction de Tunis ne s’est pas faite attendre. Le jour même du vote, le Président tunisien a fermement dénoncé un acte d’ingérence dans les affaires internes de son pays, sans citer nommément le parlement européen. « La Tunisie n’est pas un champ, une marchandise ou un numéro à inscrire dans les agendas de travail à l’étranger. Avons-nous déjà étudié la situation interne d’un autre Etat au sein de nos institutions ? En dehors de la coopération, avons-nous déjà inscrit le cas d’un pays européen, américain ou asiatique dans nos débats ? « , s’est-il interrogé dans un discours à l’ouverture du Conseil des ministres.
« Il y a une affaire tunisienne qui est débattue actuellement en dehors de la Tunisie. La révoltée Tunisie, est blessée, saigne et souffre de douleur à cause de plusieurs facteurs internes. Nous seuls pouvons panser ses blessures par notre détermination et dans le cadre de nos propres choix. Nous rejetons l’entraide et la sympathie si elles ne sont pas accompagnées de respect. Nous exigeons le respect de l’extérieur même sans sympathie. Le respect de nos choix est l’exigence première de la souveraineté nationale. Notre souveraineté n’est pas négociable  » a martelé le Président K Saïed.
Sur les réseaux sociaux, les détracteurs du Président estiment que le rappel à l’ordre des eurodéputés leur donne raison. Mais la résolution passe mal auprès de nombreux Tunisiens.
Pour l’heure, l’hôte du Palais de Carthage semble plus concentré sur le parachèvement du processus de réformes politiques qu’il a entamé depuis plusieurs semaines. Jeudi, lors du Conseil des ministres, il a annoncé le lancement d’un « dialogue sur plusieurs thèmes », notamment sur le régime politique et le système électoral en Tunisie. Il a invité les jeunes à participer à ce processus tout en indiquant que ce dialogue « n’inclura pas ceux qui ont volé l’argent du peuple ou ceux qui ont vendu leur âme à l’étranger « .
Un appel qui ne semble pas être du goût de tous. Et surtout pas de celui de l’UGTT, puissante centrale syndicale dont le leader Karim Tebboubi, n’en finit pas d’appeler K. Saïed à donner du contenu à ce qu’il entend faire au lieu de laisser le pays sombrer dans l’incertitude.

Recommandé pour vous