#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Défiance en Occident : Les leaders ne sont plus pris au sérieux…

Un article du site internet américain Sharepost a évoqué une « nouvelle humeur mondiale dans les pays du Sud, qui se traduit dans le fait que des millions de personnes dans les pays du Nord ne prennent plus les positions des dirigeants des États-Unis et de leurs alliés occidentaux au sérieux en ce qui concerne la politique mondiale ».
Défiance en Occident : Les leaders ne sont plus pris au sérieux…

Selon le site internet, « chaque jour depuis le 7 octobre ressemble à une journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien », soulignant « qu’ il est impossible de suivre l’ampleur et le rythme des manifestations, qui à leur tour forcent les partis politiques et gouvernements à clarifier leurs positions concernant l’attaque israélienne contre la Palestine ».

Pour Sharepost, ces manifestations massives ont abouti à trois types de résultats :

1- Ces mouvements ont attiré une nouvelle génération, propalestinienne, anti-guerre et aussi anti-impérialiste.

2-Cela a également attiré un nouveau secteur de militants, en particulier des syndicalistes, inspirés par une campagne visant à mettre fin aux expéditions de marchandises vers et depuis Israël, y compris dans des pays comme en Europe et l’Inde, où les gouvernements ont soutenu les attaques israéliennes.

3-Finalement, ces mouvements de masse ont généré un processus politique visant à contester l’hypocrisie de l’ordre international fondé sur des règles dirigé par l’Occident et à exiger que la Cour pénale internationale inculpe le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et d’autres hauts responsables du gouvernement d’occupation.

Sharepost a noté « qu’aucune guerre durant ces dernières années, même la campagne de choc et de crainte menée par les États-Unis contre l’Irak en 2003, n’a été aussi impitoyable dans son recours à la force, de sorte que les images de Gaza montrent le caractère disproportionné et la nature inégale de la guerre, et de la violence israélienne au cours des soixante-quinze dernières années ».

Une nouvelle étude menée par le Conseil européen des relations étrangères a souligné « qu’ une grande partie du reste du monde souhaite que la guerre en Ukraine cesse le plus rapidement possible, même si cela signifie perdre des territoires au profit de Kiev ». Cette étude a noté que « très peu de gens, même en Europe, se rangeraient du côté de Washington si une guerre éclatait entre les États-Unis et la Chine à propos de Taiwan ».

Sharepost a imputé cela à « la perte de confiance de l’Occident dans l’organisation du monde, et plus précisément, la majorité des pays du monde ne sont plus disposés à se soumettre aux intimidations de l’Occident ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous