Logo Perspectives med

Brouille franco-marocaine : C. Colonna attendue à Rabat pour préparer le dégel

Catherine Colonna, chef de la diplomatie française, prévoit un déplacement à Rabat à la mi-décembre. Un déplacement, assurent des sources diplomatiques, qui préparerait une visite de l’hôte de l’Elysée dans le Royaume début 2023. En attendant, le nouvel ambassadeur français désigné par le Quai d’Orsay attend l’agrément de Rabat.
C. Colonna attendue à Rabat pour préparer le dégel

La France cherche à «mettre fin à une crise latente avec le Maroc», rapporte mardi l’AFP , agence française d’information qui relève du service public, laquelle ajoute que le pouvoir français «s’emploie à trouver des gestes d’apaisement susceptibles de retisser les liens avec son partenaire historique au Maghreb, sans trop froisser pour autant le rival algérien».

L’AFP a rappelé que la ministre française des Affaires étrangères devrait se rendre mi-décembre à Rabat pour préparer une visite du président Emmanuel Macron prévue en janvier, ont indiqué des sources diplomatiques. « Tout est encore en mouvement, il peut toujours y avoir un report du voyage à l’amiable», a toutefois nuancé une de ces sources.

Prévue depuis des mois, la visite d’État d’E. Macron ne s’est toujours pas concrétisée en raison d’une série de sujets qui empoisonnent les relations bilatérales. Première pomme de discorde : la « guerre des visas » liée à la décision de Paris, en septembre 2021, de réduire de moitié les permis d’entrée accordés aux Marocains, arguant de la réticence du royaume à réadmettre ses ressortissants en situation irrégulière dans l’Hexagone. L’AFP fait aussi valoir la question du Sahara occidental, alors que « Paris est jugé trop attentiste » sur ce dossier, outre les révélations du consortium de médias Forbidden Stories, selon lesquelles des numéros de téléphone d’E. Macron et de ministres, entre autres, auraient été ciblés en 2019 par le Maroc, « utilisateur du logiciel espion israélien Pegasus ».

Fait notable, après des mois de « crise silencieuse », le chef d’État français et Mohammad VI ont repris contact le 1er novembre en vue d’une prochaine visite du président français. Une communication téléphonique qui n’a fait l’objet d’aucun communiqué officiel que ce soit à Paris ou à Rabat.

Dans un effort pour réchauffer les relations bilatérales, Paris « pourrait assouplir sa politique sur les visas ». « À l’Élysée, on souligne ainsi que le durcissement des conditions d’obtention des visas « n’est pas irréversible », d’autant qu’Emmanuel Macron a récemment signalé que cette politique commençait à porter ses fruits », ajoute la même source qui évoque, comme « autre marque de dégel », la désignation d’un nouvel ambassadeur de France au Maroc qui « n’attend plus que l’agrément » du royaume.

Recommandé pour vous