#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

BEI : Le financement des PME pilier de la reprise économique au Maroc

Previous slide
Next slide
Le Maroc est l’un des marchés les plus actifs pour ce qui est du capital investissement en Afrique, a indiqué, jeudi à Casablanca, Flavia Palanza, directrice des opérations de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) dans les pays voisins de l’Union Européenne (UE).

La BEI est un investisseur en capital-investissement au Maroc depuis 1999 et a depuis engagé 354 millions d’euros (en décembre 2021) dans 30 fonds de capital-investissement, avec 58 investissements actifs dans des entreprises privées pour un montant total de 465,5 millions d’euros (en décembre 2021), a précisé F. Palanza qui intervenait lors du deuxième rendez-vous du cycle de conférences « Morocco 21 », initié par News Com Africa Holding (NCA Holding), consacré à l’accès au financement des petites et moyennes entreprises (PME). Elle a en outre relevé que le rôle des institutions financières non bancaires (finance participative, crédit-bail, capital-investissement) au Maroc s’intensifie, en particulier pour les PME, soulignant que les autorités ont mis en place dans ce sens une série de mesures de soutien aux entreprises. En parallèle, les services financiers numériques et l’éducation financière renforcent davantage l’inclusion financière et l’accès au financement, a-t-elle poursuivi.
Cette conférence organisée en partenariat avec Tamwilcom, institution financière publique de garantie et de financement, a été aussi l’occasion pour F. Palanza de souligner que l’importance de placer le secteur privé au cœur de la reprise économique au Maroc. Il s’agit de mobiliser de l’investissement et de faciliter l’accès au financement pour ce secteur, en plus d’accélérer la transformation de l’économie marocaine vers un modèle durable et inclusif, a indiqué F. Palanza. La directrice des opérations de la BEI dans les pays voisins de l’UE a également mis en avant la nécessité de créer des emplois de qualité, en suivant notamment les recommandations de la commission spéciale sur le Nouveau Modèle de Développement (NMD), ainsi que de mettre en œuvre la stratégie nationale d’inclusion financière et d’enrichir l’offre d’instruments financiers à même de permettre aux PME de financer leurs projets d’investissement.
« La caractéristique commune d’une économie en pleine croissance est un secteur de PME en pleine expansion » et celui-ci est une force motrice du développement économique, partout dans le monde, contribuant activement à l’innovation, à la création d’emplois et à l’investissement, a-t-elle fait remarquer. Et de poursuivre que les PME au Maroc trouvent des difficultés pour investir, accroitre la valeur ajoutée et pour se développer à plus grande échelle. « Les microentreprises et les PMEs marocaines représentent environ 99% du nombre d’entreprises et 73% de l’emploi, avec seulement 37% de la valeur ajoutée contre 63% pour les grandes entreprises (dont le chiffre d’affaires est supérieur à 175 millions de dirhams) », a précisé F. Palanza. Au Maroc, a-t-elle soutenu, la taille de l’entreprise est fortement corrélée à la détention d’un compte bancaire, d’une ligne de crédit ou du recours à l’autofinancement, ajoutant que les PME ont été touchées de manière disproportionnée par les conséquences de la crise de la Covid-19.
Pour F. Palanza, la plupart des PME ont besoin de prêts de petite dimension, mettant l’accent à ce propos sur l’importance des « prêts intermédiés ». « Les prêts intermédiés aux PME et aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) représentent un secteur clé d’activité de la BEI », a-t-elle dit, notant que la Banque coopère avec un large éventail d’intermédiaires financiers qui proposent des produits destinés aux PME et aux micro-entreprises, et que ces concours représentent 1/3 des interventions de la BEI au Maroc. La directrice des opérations de la BEI dans les pays voisins de l’UE a aussi relevé que les réformes juridiques pour accroitre la taille maximale, permettent aux organismes de microcrédit de servir également les petites entreprises, faisant savoir que la BEI appuie les micro-entrepreneurs pour maintenir l’emploi à travers plusieurs opérations dans la microfinance. Et de préciser que la BEI propose des solutions d’expertise et des financements dédiés aux banques locales, notamment à travers le Trade Competitiveness Programme et l’accès plus large aux financements, en donnant la priorité aux secteurs de l’agriculture, du textile et celui de l’automobile. Premier bailleur de fonds multilatéral au monde, notamment pour le financement de l’action en faveur du climat, la BEI est une institution à but non lucratif, bras financier de l’UE. Elle met en œuvre les politiques de l’Union Européenne (UE) en matière de financements. Ses actionnaires sont les 27 Etats membres de l’UE.

Recommandé pour vous