Logo Perspectives med

Un drone ukrainien abattu à Saratov: Une base aérienne russe visée

Une nouvelle attaque d'un drone ukrainien contre une base aérienne dans le sud de la Russie a fait lundi trois morts. Ce même jour, Kiev a appelé à l'exclusion de la Russie du Conseil de sécurité de l'ONU.
Une base aérienne russe visée

La défense aérienne russe a abattu le drone ukrainien alors qu’il s’approchait, dans la nuit, de la base d’Engels dans la région de Saratov, dans l’ouest de la Russie, ont rapporté lundi les agences de presse russes. Située à plus de 600 km de l’Ukraine, cette même base avait été ciblée au début du mois avec les mêmes moyens.  « À la suite de la chute de l’épave du drone, trois techniciens russes qui se trouvaient sur l’aérodrome ont été mortellement blessés », selon l’agence de presse TASS citant le ministère de la Défense.

L’Ukraine, qui n’a pas fait de commentaire sur cette attaque, a de son côté appelé lundi à l’exclusion de la Russie en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, comme l’avait déclaré dimanche Dmytro Kuleba, ministre ukrainien des Affaires étrangères. « Nous exprimerons officiellement notre position. Nous avons une question très simple : la Russie a-t-elle le droit de rester membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et d’être à l’ONU ? » a-t-il dit, s’exprimant tard dans la nuit de Noël lors d’un marathon télévisé national.

Ce n’est pas la première fois que Kiev réclame l’exclusion de la Russie du Conseil de sécurité et de l’ONU. Le président Volodymyr Zelensky l’a fait au moins à deux reprises depuis le début de cette guerre, sans succès.

Et si les chances sont maigres, c’est en raison des statuts de l’organisation. La Russie est un membre permanent. Il faut donc le vote à l’unanimité des membres pour exclure un pays, un scrutin pour lequel la Russie pourrait tout simplement utiliser son droit de veto. D’autant plus que la Chine, autre pays permanent et allié de la Russie, pourrait voter aussi contre cette procédure, ou au moins s’abstenir.

En tout cas, l’exclusion d’un membre du Conseil de sécurité serait inédite. Jamais un pays n’a été exclu des Nations unies depuis la création de l’organisation en 1945. Même dans les cas où certains pays étaient en train de commettre des génocides au vu et au su de tous. Le Rwanda ou le Cambodge n’ont pas été exclus, même sans être membre permanent.

La veille, le président russe a justifié l’offensive militaire du Kremlin contre l’Ukraine qui dure depuis plus de 10 mois. « Tout est basé sur la politique de nos adversaires géopolitiques qui visent à diviser la Russie, la Russie historique », a dénoncé Vladimir Poutine dans un entretien rendu public dimanche par la télévision publique. Selon lui, l’armée russe « agit dans la bonne direction » en Ukraine. Il a promis, à cette occasion, que les troupes russes élimineraient le système de défense antiaérienne Patriot, que Kiev a obtenu cette semaine des Américains, avec la promesse d’une enveloppe de 45 milliards de dollars d’aide prévue dans le prochain budget fédéral US.

Recommandé pour vous