#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

« Steadfast Defender » programmées en 2024 : Des manœuvres d’envergure de l’OTAN aux portes de Moscou

Previous slide
Next slide
La plus grande manœuvre otanienne depuis plus de 30 ans devrait se tenir en 2024 à côté des frontières russes. Le Financial Times, journal britannique, fait grand cas de ces exercices qui interviennent alors que la Russie dénonce depuis des années la politique antirusse et les menaces constantes de l’Occident qui tente de mener une confrontation sur le continent.
"Steadfast Defender" programmées en 2024 : Des manœuvres d’envergure de l’OTAN aux portes de Moscou

Les États membres de l’Otan envisagent d’organiser en 2024 la plus grande manœuvre militaire nommée « Steadfast Defender » (Défenseur indéfectible) jamais effectuée depuis la période de la guerre froide pour, ainsi dire, être en mesure d’affronter la Russie.

Elle aura lieu sur les territoires de l’Allemagne, la Pologne et des États baltes et impliquera entre 500 à 700 missions de combat aérien, plus de 50 navires et environ 41.000 militaires, a relaté le Financial Times.

« L’Otan prépare son plus grand exercice de commandement interarmées depuis la guerre froide l’année prochaine, rassemblant plus de 40.000 soldats pour s’entraîner à la manière dont l’alliance tenterait de repousser l’agression russe contre l’un de ses membres », a indiqué le journal.

Selon le Financial Times, la Suède, dont la demande d’adhésion à l’alliance n’a pas encore reçu l’approbation finale de la Hongrie et de la Turquie, devrait participer à l’exercice.

La Russie voit ainsi ses craintes se confirmer, l’Otan étant une alliance qui conduit à la confrontation et à la tension sur le continent, selon le porte-parole de la présidence russe. « Nous n’avons jamais été trompés, nous n’avons jamais porté de lunettes roses, nous n’avons jamais remis en question le fait que l’Otan est après tout un produit créé par l’ère de la guerre froide, l’ère de la confrontation, et que l’Otan est une alliance qui mène plutôt à la confrontation et à la tension sur le continent », a déclaré Dmitri Peskov dans une interview accordée au média russe RBK. Pour lui, l’Otan n’est pas en mesure de remplir des fonctions ou de mener des actions qui conduisent à une désescalade.

Les plus grands exercices de l’Otan depuis la guerre froide seront « un élément de soutien aux actions de Kiev », qui visent à accroître la pression sur la Russie sur ses frontières ouest, a déclaré à Sputnik Alexandre Bartoсh, membre correspondant de l’Académie des sciences militaires. « Les exercices [de l’Otan, ndlr] visent traditionnellement à alimenter les tensions militaires en Europe et, dans ce cas, ils sont considérés comme un élément de soutien aux actions de Kiev. Si, à ce stade, Kiev ne capitule pas finalement […], ces exercices viseront à accroître la pression sur les forces russes tout au long du périmètre des frontières occidentales, de la mer Noire à l’océan Arctique », a indiqué l’expert.

Il a ajouté que dans le contexte de la récente détérioration des relations de la Russie avec les États baltes et la Suède, leur participation aux prochains exercices militaires dans l’alliance n’est pas surprenante.

En évaluant le nombre de tâches aériennes annoncées, l’exercice à grande échelle Steadfast Defender prévu en 2024 par les États membres de l’Otan est censé permettre aux pays de l’alliance de s’entraîner à une opération conjointe visant à supprimer et à surmonter la défense aérienne à échelons de la Russie, a expliqué à Sputnik, un autre expert militaire russe. « Ces 500 à 700 tâches planifiées par l’Otan dans le cadre de l’exercice « Steady Defender » sont dues au fait que, d’après les résultats des combats aériens dans le ciel de l’Ukraine, l’Occident n’a pas encore reçu d’algorithme pour résoudre la question de la maîtrise et de la suppression du système de défense aérienne échelonné. Les survols de drones isolés ne comptent pas parce qu’ils ne causent pas de dommages significatifs aux installations militaires, mais nous permettent seulement d’identifier des lacunes individuelles dans notre défense », a relevé l’expert.  Selon lui, vaincre le système de défense aérienne russe reste une question clé pour l’Occident, d’autant plus que la Russie n’a jamais construit de système de défense aérienne à échelons en direction de l’Ukraine, mais en direction de l’Ouest. « L’Otan aura donc beaucoup plus de problèmes avec le système de défense aérienne de la Russie en direction de l’Ouest ».

La participation de la Suède aux prochains exercices de l’Otan n’est pas bien vue par la Turquie, mais Ankara ne peut pas influencer une telle décision, a affirmé à Sputnik un chercheur principal à l’Institut des relations internationales (IMEMO) de l’Académie russe des sciences. « Les relations avec l’Otan peuvent théoriquement se refroidir, il y a des discours contre l’Otan en Turquie et même des critiques, parce que les intérêts de l’Otan sont maintenant très opposés aux intérêts turcs. Les Turcs peuvent condamner une telle démarche de l’Otan, mais ils ne peuvent pas l’interdire, parce que les exercices ont lieu sur la base d’une décision des organes centraux de l’alliance », a dit Viktor Nadeïn Raïevski, notant que les contradictions entre Ankara et la direction de l’Otan ne peuvent pas conduire à un retrait de la Turquie de l’alliance.

Toutefois, « la participation de la Suède aux exercices de l’Otan ne contredit pas les règles de l’alliance », puisque que de tels exercices ont été organisés avec d’autres pays qui ne sont pas encore membres de l’Otan et qui ont un certain nombre de problèmes bilatéraux non résolus dans leurs relations avec Ankara, comme l’Arménie, a-t-il conclu.

Recommandé pour vous