#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

L’opposition mobilises ses forces au Kenya : R. Odinga cible W. Ruto

Au Kenya, Raïla Odinga a lancé vendredi une nouvelle vague de manifestations. Cet opposant a appelé ses partisans à se mobiliser contre la nouvelle loi de finances qui prévoit une hausse des taxes.
L’opposition mobilises ses forces au Kenya

La date choisie ne doit rien au hasard : le 7-Juillet [« Saba Saba », en swahili] revêt une symbolique forte dans l’histoire kényane, celle de la lutte pour le multipartisme et contre le dictateur Daniel Arap Moï. La police a de nouveau tiré vendredi des gaz lacrymogène contre le cortège de l’opposant. Patrouilles à pied, en voiture, à cheval… axes routiers fermés à la circulation. Nairobi était placée sous haute surveillance policière. En fin de matinée, devant ses partisans rassemblés dans le quartier de Kamukunji, R. Odinga a annoncé le lancement d’une pétition pour tenter d’obtenir non moins que le retrait de la nouvelle loi de finances controversée et même, dit-il, le départ de son rival William Ruto.

L’opposant promet une massive campagne de signatures. Objectif : récolter 10 millions de soutiens d’ici vendredi prochain. « William Ruto a trahi les Kényans », a encore lancé R. Odinga, en référence à la promesse faite par le chef de l’État au cours de sa campagne l’an dernier de lutter contre la hausse du pouvoir d’achat.

C’est à la fin de ce rassemblement, alors que ses partisans ont entamé une marche non autorisée vers le centre-ville de Nairobi, que les affrontements ont commencé et que son cortège a été visé. Parallèlement, des heurts et manifestations empêchées ont été signalées dans d’autres villes comme Mombasa. La mobilisation a semblé, dans l’ensemble, plus importante que lors des derniers rassemblements de l’opposant.

Il faut revenir 33 ans en arrière pour comprendre : le 7 juillet 1990, des milliers de Kényans bravent la dictature Daniel Arap Moï et sortent dans les rues pour réclamer la fin du parti unique. Trois jours plus tôt, les meneurs de la contestation ont été arrêtés, et parmi eux se trouvait R. Odinga, déjà opposant. La répression est féroce, mais le mouvement lancé ce jour-là finit par l’emporter : fin 1991, le régime de Moï modifie la constitution et s’ouvre au multipartisme. Depuis lors, « Saba Saba » [soit 7-7, pour 7-Juillet en swahili] a été le cri de ralliement de nombreuses batailles politiques au Kenya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous