#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Législatives au Liban : Qui cherche à torpiller cette épreuve politique ?

Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, a accusé certains partis au Liban conduits par les Etats-Unis de vouloir torpiller les élections législatives prévues les 15 mai prochain. Le but recherché est de les ajourner afin d’empêcher que le pouvoir ne bascule entre les mains de la résistance.

Lors d’une intervention télévisée lundi 11 avril, H. Nasrallah a déclaré que dans les milieux politiques proches de l’ambassade des USA et d’autres légations étrangères (en particulier l’Arabie Saoudite-NDRL), on s’attend à ce que l’équipe politique à laquelle nous appartenons va remporter la majorité parlementaire, en se fiant aux prévisions de certains sondages et études de centres de recherches indépendants.
« Certains ex-présidents ont mis en garde contre le danger que notre équipe politique ne remporte les deux tiers des sièges du Parlement libanais et ne veuille changer l’identité politique du Liban », a-t-il relevé.

Il assuré que l’objectif du Hezbollah pour l’échéance législative prochaine n’est pas d’obtenir les deux tiers des sièges du parlement libanais ni de changer le visage du Liban. « Notre culture et notre position avancent que tout changement essentiel lié au régime politique, à la Constitution et aux fondements de notre pays et son identité devraient à coup sûr passer par une entente et un consensus national de toutes ses composantes et ne peut en aucun lieu se réaliser ni en se basant sur une majorité ni sur l’armement ni sur la rue », a-t-il précisé.

Selon lui, les rumeurs sur le report des législatives pour quelques mois visent à améliorer le score de l’autre équipe. « Et il est de notre droit d’accuser l’ambassade des Etats-Unis et les forces politiques de l’autre équipe d’oeuvrer pour torpiller les élections », a-t-il prévenu.

Rappelant le scrutin de 2009, lorsque des centaines de millions de dollars saoudiens ont été déversées lors des dernières semaines et heures de la campagne électorale, pour acheter les voix des électeurs, H. Nasrallah a mis en garde contre un scénario similaire.
Il n’a pas exclu que les récentes mises en garde exprimées par l’autre équipe politique sur une victoire certaine du camp des alliés de la résistance visent à rassurer le corps électorale de ce dernier pour le dissuader de se rendre aux urnes le jour de l’élection.
Et de demander au public de la résistance de « ne pas se fier aux résultats des sondages et de s’investir entièrement dans les élections avec tout l’enthousiasme et les efforts nécessaires, jusqu’à la fermeture des bureaux de vote ». et chemin faisant de rappeler que « l’objectif du Hezbollah est aussi bien la victoire de nos candidats que celle de nos alliés».

Le numéro un du Hezbollah a aussi répondu aux accusations infondées selon lesquelles le Hezbollah opte pour une politique d’exclusion des composante politiques adverses. « Les éliminateurs sont ceux qui s’assoient avec les Américains et qui font parvenir des propositions aux Israéliens pour mieux frapper la résistance pendant la guerre 2006 et pour prolonger la guerre et ceux qui se proposent pour une guerre civile et considèrent que le tiers du peuple libanais sont des ressortissants iraniens… les éliminateurs sont ceux qui n’ont pour programme politique que d’éliminer la résistance », a-t-il taclé.

Le patron du Hezbollah avait accueilli, vendredi soir, Sleiman Frangieh chef du Mouvement Marada et Gebran Bassil, chef du Mouvement patriotique libre, au dîner de l’Ifta. Le Hezbollah a souligné, via un communiqué, que les deux hommes s’étaient entretenus avec H. Nasrallah, ainsi qu’avec d’autres personnalités.

« La réunion a été l’occasion de discuter des relations bilatérales et des derniers développements politiques au Liban et dans la région », lit-on dans le communiqué. La rare rencontre entre les deux dirigeants chrétiens peut être considérée comme une étape positive qui pourrait apaiser les tensions entre S. Frangieh et G. Bassil.

Des sources concordantes citées par AlManar ont qualifié de « franche et d’amicale la réunion entre les deux dirigeants rivaux qui ont convenu d’ouvrir une nouvelle page ». Et de souligner que « cet entretien s’est tenu après l’expiration du délai d’enregistrement des listes électorales, vu qu’il n’y a pas d’intérêts électoraux derrière sa tenue. Mais, il s’agit d’une nouvelle approche dans les relations entre alliés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous