#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Le Paraguay reste arrimé à la droite : Pas de joie pour le candidat de gauche E. Alegre

Previous slide
Next slide
Santiago Peña, candidat du Parti Colorado (conservateur) au pouvoir depuis sept décennies au Paraguay, a remporté l'élection présidentielle sur son principal rival de centre-gauche, Efrain Alegre, selon les chiffres officiels de l'autorité électorale.
Le Paraguay reste arrimé à la droite

S. Peña, économiste de 44 ans, va perpétuer une hégémonie de sept décennies du Parti Colorado (droite) à la tête du pays. Il devra lever les doutes sur l’influence de son mentor, un ex-président désigné comme « corrompu » par Washington.

Passé par le FMI, et se disant en phase avec la « société conservatrice » du Paraguay, « Santi » Peña a remporté dimanche l’élection face à son principal rival Efrain Alegre (centre-gauche). Il avait même une avance confortable (42% contre 27% avec 96% des votes décomptés) quand la plupart des sondages donnaient un scrutin très serré. « Aujourd’hui, nous célébrons la victoire de ceux qui par leur vote, on choisit la voie de la paix sociale, du dialogue, de la fraternité et de la réconciliation nationale […]. Le moment est venu de mettre de côté nos différences pour donner la priorité à la cause commune qui nous unit en tant que nation : avant tout, nous sommes Paraguayens », a assuré S. Peña.

Bien que longtemps affilié au Parti libéral (centre-gauche), S. Peña fut ministre des Finances (2015-2017) dans le gouvernement d’Horacio Cartes, du rival Colorado, avant de s’encarter en 2016. Pur carriérisme, selon ses détracteurs. C’est d’ailleurs activement soutenu par H. Cartes que S. Peña a cette fois remporté les primaires du Colorado, après son échec en 2018. Ce qui lui vaut par ses rivaux le quolibet de « marionnette », ou « chili » (serviteur, en guarani) du richissime ex-président. Lui n’en a cure, « c’est quelqu’un de très serein, son calme est impressionnant », commente un collaborateur.

Recommandé pour vous