#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Le ministre turc de la défense en vadrouille en Irak: Bagdad fulmine !

Le déplacement inopiné du ministre turc de la Défense dans le nord de l’Irak a sorti les autorités irakiennes de leurs gonds. Le ministère irakien des Affaires étrangères a convoqué le chargé d’affaires turc pour exprimer son indignation. 0

Le chargé d’affaires de la Turquie à Bagdad a été convoqué lundi au ministère irakien des Affaires étrangères où il s’est fait remettre une note de protestation sur les récentes actions d’Ankara dans les provinces septentrionales irakiennes, a annoncé la diplomatie irakienne. «Le gouvernement irakien exprime son profond mécontentement et condamne l’arrivée du ministre turc de la Défense nationale Hulusi Akar sur le territoire irakien sans approbation préalable des autorités du pays, et sa rencontre avec les forces turques présentes illégalement dans cette région», résume un communiqué du département irakien des Affaires étrangères.
Nizar Al-Khairallah, sous-secrétaire principal du ministère irakien des Affaires étrangères, a dénoncé, lors de la rencontre, les déclarations du ministre turc de l’Intérieur sur l’intention d’Ankara d’établir une base militaire permanente dans le nord de l’Irak et les violations persistantes de la souveraineté irakienne, de l’intégrité territoriale et de l’espace aérien irakiens par les forces armées turques.
Fin avril, les forces armées turques ont lancé une opération dans le nord irakien contre des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré par Ankara comme une organisation terroriste. Selon le journal Yeni Safak, l’opération turque engage aviation, artillerie et forces spéciales. Ankara a déjà mené des opérations transfrontalières contre le PKK en Irak à plusieurs reprises. Le parlement turc renouvelle régulièrement le mandat des forces armées pour opérer hors des frontières du pays, l’expliquant par le droit du pays à la légitime défense.
Force est de souligner que la protestation des autorités irakiennes a coïncidé avec le pilonnage, par roquettes, de la base aérienne de Balad, située au nord de Bagdad, relate l’agence Reuters. Au moins trois roquettes ont atteint la base qui abrite des employés américains de société militaire privée. Aucun groupe armé local n’a encore revendiqué cette attaque, la deuxième en 24 heures. Le 2 mai, deux roquettes ont visé une base aérienne près de l’aéroport de Bagdad abritant des troupes de la coalition dirigée par les États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous