Logo Perspectives med

L’AIEA s’inquiète du ciblage de la centrale de Zaporijjia : Et l’Allemagne renforce la DCA polonaise

L’inquiétude est montée d’un cran en Ukraine après les nouveaux tirs contre la centrale nucléaire de Zaporijjia. Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) lance un appel « à arrêter cette folie », craignant que ces tirs ne finissent par provoquer une catastrophe irrémédiable.
L’AIEA s’inquiète du ciblage de la centrale de Zaporijjia

Ces nouveaux tirs ont eu lieu le 20 novembre sans provoquer de dégâts majeurs, mais ils ont néanmoins touché des installations sensibles, dont un dépôt de déchets radioactifs qui a été endommagé. Rafael Grossi, patron de l’AIEA, a confirmé « des dégâts dans des endroits délicats » lors de l’entretien accordé à la chaîne de télévision française BFMTV. « Les réacteurs n’ont pas été touchés », a-t-il dit, mais plutôt « la zone où se trouvent les combustibles ». À cette heure, les niveaux de radiation restent conformes à la norme, mais il n’en reste pas moins que ces tirs soulèvent de nouveau une inquiétude majeure.

Une mission de l’AIEA a été diligentée sur le site en vue d’évaluer les dégâts.  L’AIEA, pour le moment, se dit incapable de déterminer l’origine des tirs. Une certitude cependant aux yeux de R. Grossi : les gens qui font ça savent où ils frappent, c’est absolument « délibéré et ciblé », a-t-il déclaré, appelant à « arrêter cette folie ». « Qui que ce soit, cela doit cesser immédiatement », a notamment déclaré le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

La Russie pointe son doigt sur le régime de Kiev alors que les Ukrainiens renvoient la balle aux Russes. Mais en toute bonne logique, il serait aberrant de voir la partie russe, dont des soldats protègent le site, cibler la centrale par des roquettes.

Sur ces entrefaites, force est de souligner que la guerre en Ukraine donne des ailes à l’Allemagne qui vole au secours de la Pologne. « Nous avons proposé d’aider la Pologne à sécuriser son espace aérien avec nos avions Eurofighter et nos systèmes de défense Patriot » a assuré Christine Lambrecht, ministre de la Défense allemande, en réagissait dans une interview à la chute d’un missile en Pologne  qui a fait deux morts. D’après Varsovie et l’Otan, il s’agissait d’un missile tiré par les forces ukrainiennes pour riposter aux attaques russes.

Berlin avait proposé dès le lendemain à la Pologne de soutenir son voisin avec des patrouilles aériennes. Varsovie a réagi positivement à la proposition allemande formulée lundi. « Je l’ai accueilli avec satisfaction », a écrit le ministre de la Défense polonais sur Twitter se félicitant de la fourniture par Berlin du système anti-aérien Patriot de fabrication US. Ce dernier doit être d’après Varsovie stationné à proximité de la frontière avec l’Ukraine pour intercepter à l’avenir d’autres missiles qui pourraient atteindre le territoire polonais. D’autres systèmes Patriot ont déjà été stationnés par l’Allemagne en Slovaquie après que ce pays a transféré des systèmes anti-aériens de production soviétique à l’Ukraine. Les unités anti-aériennes allemandes doivent rester en Slovaquie au moins jusqu’à fin 2023.

Recommandé pour vous