#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

La machine de guerre israélienne s’ébranle contre Rafah : Des bombardements indiscriminés contre les Palestiniens

La ville de Rafah vers laquelle plus d'un million de Palestiniens menacés par la guerre à Gaza se sont repliés, a été soumise, samedi, à d'intenses frappes israéliennes à l'heure où la diplomatie tente d'imposer une nouvelle trêve sur fond d'embrasement régional. Le Caire garde le silence alors que les Israéliens menacent de réoccuper le passage de Philadelphie et le no man’s land qui sépare l’Egypte de Gaza.
La machine de guerre israélienne s’ébranle contre Rafah : Des bombardements indiscriminés contre les Palestiniens

Peu après minuit, dans la nuit du 2 au 3 février, une journaliste de l’AFP a entendu de puissantes frappes dans cette ville jouxtant l’Égypte, à la pointe sud de la bande de Gaza. Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé le décès d’au moins 100 civils dans la soirée et la nuit, dont 14 tôt ce 3 février dans des frappes sur deux résidences de Rafah.

Au cours des dernières semaines, les opérations israéliennes se sont concentrées dans la ville voisine de Khan Younès, la deuxième en importance du territoire où se cache, selon l’armée israélienne, le commandement local du Hamas. Sous la pluie, des milliers d’habitants ont continué de fuir les combats et les bombardements israéliens en voiture, à pied, à vélo ou sur des charrettes tirées par des ânes. Les déplacés tentent de se protéger à Rafah, où se massent désormais plus de 1,3 million des quelque 2,4 millions habitants du micro-territoire menacés en plein hiver par la famine et les épidémies, selon l’ONU. Alors que la guerre ne connaît aucun répit, la diplomatie tente de négocier une seconde trêve, plus longue que celle d’une semaine, négociée sous l’égide du Qatar, de l’Égypte et des États-Unis et qui avait permis fin novembre la libération d’une centaine d’otages israéliens en échange de Palestiniens emprisonnés par Israël.

Ismaïl Haniyeh, chef du Hamas installé au Qatar, est d’ailleurs encore attendu en Égypte pour discuter d’une proposition élaborée lors d’une réunion fin janvier à Paris entre William Burns, chef de la CIA, et des responsables égyptiens, israéliens et qataris. Selon une source du Hamas, la proposition porte sur trois phases, dont la première prévoit une trêve de six semaines durant laquelle Israël devra libérer 200 à 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages détenus à Gaza, et 200 à 300 camions d’aide pourront entrer chaque jour dans le territoire. Ces derniers jours, le Qatar a fait état de « premiers » signes d’appui à la trêve de la part du Hamas, mais le mouvement islamiste palestinien a ensuite affirmé n’avoir pas encore pris de décision sur cette proposition, souhaitant un cessez-le-feu définitif et non une nouvelle pause. La proposition de pause dans les combats a été « approuvée par la partie israélienne », a déclaré cette semaine Majed al-Ansari, porte-parole de la diplomatie du Qatar. Mais Israël continue d’affirmer qu’il ne mettra fin définitivement à son offensive à Gaza qu’une fois le Hamas « éliminé », les otages libérés et après avoir reçu des garanties sur la sécurité future de son territoire.

La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent menée par des commandos du Hamas venant de la bande de Gaza voisine sur le sol israélien, qui a tué plus de 1 160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l’AFP à partir de données officielles israéliennes. En riposte à l’attaque, Israël a juré d’« anéantir » le Hamas, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007, et a lancé une offensive militaire qui a fait 27 131 morts, en grande majorité des civils, selon un dernier bilan du ministère de la Santé à Gaza.

Le projet de trêve doit d’ailleurs être au cœur d’une nouvelle tournée au Proche-Orient d’Antony Blinken, Secrétaire d’État US, à partir du 4 février, et qui le conduira au Qatar, en Égypte, en Israël, en Cisjordanie occupée et en Arabie saoudite. Dans la nuit, A. Blinken a dit vouloir travailler au cours de cette tournée « à une paix durable dans la région, y compris une sécurité durable pour les Israéliens comme pour les Palestiniens ».

Stéphane Séjourné, nouveau ministre français des Affaires étrangères, entame ce 3 février sa première tournée dans la région qui le mènera en Égypte, en Jordanie, en Israël, dans les territoires palestiniens et au Liban. Cette tournée vise à « œuvrer à un cessez-le-feu et à la libération des otages » et « convaincre de rouvrir une perspective politique » basée sur la solution à deux États, un État de Palestine viable aux côtés d’Israël, a précisé Christophe Lemoine, porte-parole du ministère. Les deux responsables atterriront dans un Moyen-Orient aux abois avec l’extension de la guerre à Gaza en un conflit plus large entre d’un côté Israël et ses alliés et de l’autre « l’axe de la résistance  » mené par l’Iran et des mouvements affiliés comme, outre le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais, des milices irakiennes et les rebelles Houthis au Yémen.

Les États-Unis ont mené dans la nuit des frappes contre des forces d’élite iraniennes et des groupes pro-iraniens en Irak et en Syrie, en représailles à une attaque le 28 janvier en Jordanie fatale à trois militaires américains et attribuée par Washington à des groupes soutenus par l’Iran. Un total de 85 cibles sur sept sites différents (trois en Irak et quatre en Syrie) ont été visées selon Washington.

Du Yémen, les rebelles Houthis ont revendiqué des tirs de missiles balistiques vers le sud d’Israël. L’armée israélienne a assuré de son côté avoir intercepté un missile qui s’approchait de son territoire en mer Rouge. Le climat reste des plus explosifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous