#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Grâce présidentielle contestée au Chili : Impliquée, la ministre de la Justice jette l’éponge

Previous slide
Next slide
Gabriel Boric, président du Chili, a confirmé, samedi, qu'il avait accepté la démission de Marcela Ríos, ministre de la Justice et des Droits de l'homme, dans le cadre de la controverse sur les grâces accordées aux personnes condamnées lors de la flambée sociale qui a précédé l'arrivée de G. Boric au pouvoir.
Grâce présidentielle contestée au Chili

C’était l’une des promesses de campagne de Gabriel Boric : accorder la grâce aux condamnés lors de la contestation de 2019, qui a précédé son arrivée au pouvoir. La police avait violemment réprimé ces manifestations de masse contre les inégalités et la hausse du coût de la vie, faisant 30 morts et 400 blessés. Des centaines de manifestants avaient été placés en détention de manière arbitraire, d’autres avaient été inculpés.

Le 30 décembre, sur les recommandations de sa ministre de la Justice, le président a gracié treize personnes au lieu des onze initialement prévues. Parmi elles, un repris de justice, déjà condamné pour de multiples vols et cambriolages. Cette libération a suscité un tollé dans l’opposition qui compte déposer plainte contre la ministre de la Justice, dès lundi. La ministre a devancé le dépôt de la plainte en démissionnant.

De son côté, G. Boric admet des irrégularités dans le processus d’attribution de pardon et dit assumer ses responsabilités. « En raison d’irrégularités dans l’exécution de ma décision d’accorder des grâces et compte tenu également de la nécessité de renforcer la gestion politique du ministère de la Justice et des Droits de l’homme, j’ai décidé d’accepter la démission de Marcela Ríos Tobar de ce portefeuille », a déclaré le Président, samedi. La ministre démissionnaire a été remplacée par l’avocat Luis Cordero. « Lorsque des situations de cette nature se produisent en politique, nous devons assumer nos responsabilités. Pour la remplacer, j’ai décidé de nommer l’éminent avocat Luis Cordero Vega », a-t-il aussi annoncé. Autre victime collatérale de ces grâces présidentielles, l’un des plus fidèles collaborateurs de G. Boric : son chef de cabinet, Matias Meza-Lopehandia.

Recommandé pour vous