#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Du « chlore » à Kharkov : Et 60 laboratoires US à la frontière russo-chinoise

Igor Konashenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a déclaré que « les forces de sécurité ukrainiennes envisageaient de faire sauter un entrepôt contenant 120 tonnes de chlore dans la région de Kharkov ». En parallèle, Moscou revient sur les sites d’armes biologiques pour assurer qu’une soixantaine, financés par les USA, ont été édifiés aux confins russo-chinois.

« Selon des informations confirmées, dans la ville de Pervomaisk, dans la région de Kharkov, les forces de sécurité ukrainiennes se préparent à une provocation majeure via l’utilisation de substances toxiques, sur le territoire du complexe de Khimprom où les forces ukrainiennes ont miné une installation de stockage contenant 120 tonnes de chlore », a déclaré I. Konashenkov.

« Au cours de la journée, l’aviation opérationnelle tactique de l’armée de l’air russe a frappé 34 installations militaires en Ukraine, dont : une batterie d’artillerie et des entrepôts logistiques, ainsi que 9 bastions et zones de concentration d’équipements militaires des forces armées ukrainiennes », a-t-il ajouté. « Des missiles air-sol de haute précision ont détruit une base de carburant dans la ville de Chugoev, dans la région de Kharkov, à partir de laquelle ils fournissaient du carburant pour l’équipement des forces ukrainiennes », a-t-il indiqué.

Plus tôt dans la journée, Mikhail Mizintsev, chef du Centre de surveillance de la défense nationale russe, a affirmé que « le processus d’échange de prisonniers a été suspendu aujourd’hui, en raison du refus de la partie ukrainienne », notant qu’ »une liste de 251 soldats avait été établie pour l’échange ».

Igor Kirillov, commandant des forces de protection radiologique, chimique et biologique des forces armées russes, a affirmé lors d’une réunion informelle du Conseil de sécurité de l’ONU, que « les États-Unis renforcent leurs capacités militaires biologiques en profitant des lacunes de la législation internationale ».

« En exploitant les failles de la législation internationale, l’administration américaine s’efforce constamment d’améliorer ses capacités bio-militaires dans différentes régions du monde », a noté ce responsable.

I.Kirillov a indiqué que « le Pentagone supervise aujourd’hui 336 laboratoires dans 30 régions à l’extérieur du pays », citant des données du ministère chinois des Affaires étrangères. « Il y a environ 60 sites dans les régions frontalières de la Russie et de la Chine, qui ont été modernisés depuis 2005 aux frais de l’armée américaine », a-t-il ajouté.

Il y a quelques jours, Irina Yarovaya, vice-présidente de la Douma d’État russe, a annoncé que « le régime ukrainien, en coopération avec les États-Unis, poursuit des activités dangereuses dans le cadre d’un programme biologique ».

Le 24 mars, I. Kirillov a confirmé que « Hunter Biden était impliqué dans un projet d’armes biologiques militaires financé par le Pentagone, y compris son fonds d’investissement Rosemont Seneca ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous