#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Démission d’A.M. Hadi : Riyad fait bouger ses pions au Yémen

Abed Rabbo Mansour Hadi a jeté l’éponge. Le président démissionnaire yéménite, soutenu par Riyad et Abou Dhabi, a annoncé, jeudi 7 avril, qu’il remettait ses pouvoirs à un nouveau conseil pour diriger le pays ravagé par plus de sept ans de guerre.

« Je délègue de manière irréversible mes pleins pouvoirs à ce conseil présidentiel », a indiqué le président pro-saoudien A. M. Hadi dans une déclaration télévisée. Annonce intervenue au dernier jour des « pourparlers de paix » sur le Yémen à Riyad desquels le mouvement d’Ansarullah a pris ses distances au motif qu’ils se tenaient en territoire « ennemi ».

Le nouveau conseil présidentiel sera composé de huit membres et sera dirigé par Rashad al-Alimi, ancien ministre de l’Intérieur et conseiller de A. M. Hadi. Réfugié en Arabie saoudite depuis 2015, le président démissionnaire a également annoncé avoir limogé le vice-président Ali Mohsen al-Ahmar.

A Riyad, le dirigeant de facto du royaume saoudien, le prince héritier Mohammed ben Salmane, alias « MBS », a rencontré les membres du nouveau conseil présidentiel yéménite, et émis l’espoir que ce changement ouvrira une « nouvelle page » au Yémen, a indiqué l’agence officielle de presse saoudienne.

La guerre saoudienne lancée contre le Yémen, depuis mars 2015, a causé la mort de près de 380.000 personnes et provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU. Au Yémen, un cessez-le-feu fragile se met en place depuis le début du mois de Ramadan, le mois du jeûne musulman. La décision de la coalition de suspendre ses opérations est intervenue après l’initiative de paix présentée par le président du Conseil politique suprême du Yémen (Ansarullah), Mahdi Al-Mashat, dans laquelle il a annoncé « la suspension des frappes de missiles et de drones et de toutes les actions militaires en direction de l’Arabie saoudite ».

Mohammad al-Bakhiti, membre du bureau politique d’Ansarullah, a déclaré que la décision du président sortant de mettre en place un conseil présidentiel, dans le but de négocier avec Ansarullah « a surpris tout le monde ». A la télévision libanaise AlMayadeen, il a ajouté que « Rashad al-Alimi a été choisi à la tête du nouveau conseil parce qu’il est l’homme des USA ». Précisant qu’« al-Alimi est le seul qui a fait passer, sans embarras, un article légalisant la présence américaine au Yémen ». Pour ce cadre d’Ansarullah, « la vraie légitimité au Yémen est pour ceux qui défendent l’indépendance du pays », notant que « le Conseil présidentiel est une extension de l’occupation et n’a aucune légitimité ». Plus, il a insisté sur le fait que « le dialogue doit se faire entre le Yémen et les 4 pays d’agression (Arabie, Emirats, USA, Grande Bretagne). Ce conseil ne représente pas la vision des Yéménites ». Expliquant, enfin, que « le fait d’accepter le dialogue avec les outils des pays d’agression, qui ne jouissent d’aucune autorité, permettrait à ces pays d’entraver la solution sans en assumer la responsabilité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous