#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Banques : Le besoin de liquidité s’intensifie au deuxième trimestre

Après une atténuation lors des deux derniers trimestres, le besoin en liquidité des banques s’est accentué au deuxième trimestre 2022, se situant en moyenne hebdomadaire à 77, Mrds DH, après 64,6 Mrds DH au T1-2022 et 69,9 Mrds DH au T4-2021, selon Direction des études et des prévisions financières (DEPF).

Dans ce contexte, la Banque Centrale a augmenté le volume de ses injections de liquidité qui s’est établi en moyenne hebdomadaire à 88,8 Mrds DH après 75,5 Mrds DH au T1-2022 et 83,4 Mrds DH au T4-2021. Les interventions de Bank Al-Maghrib ont porté, essentiellement, sur les avances à 7 jours sur appels d’offre (42,1 Mrds DH, les opérations de pensions livrées (25 Mrds DH) et les prêts garantis accordés dans le cadre des programmes de soutien au financement de la très petite, petite et moyenne entreprise (21,6 Mrds DH).

Quant au taux interbancaire moyen pondéré au jour le jour (TIMPJJ), celui-ci se maintient, depuis le 18 juin 2020, en évolution quasi-stable, alignée sur le taux directeur à 1,

Dans ce contexte, la Banque Centrale a augmenté le volume de ses injections de liquidité qui s’est établi en moyenne hebdomadaire à 88,8 Mrds DH après 75,5 Mrds DH au T1-2022 et 83,4 Mrds DH au T4-2021. Les interventions de Bank Al-Maghrib ont porté, essentiellement, sur les avances à 7 jours sur appels d’offre (42,1 Mrds DH, les opérations de pensions livrées (25 Mrds DH) et les prêts garantis accordés dans le cadre des programmes de soutien au financement de la très petite, petite et moyenne entreprise (21,6 Mrds DH).

Quant au taux interbancaire moyen pondéré au jour le jour (TIMPJJ), celui-ci se maintient, depuis le 18 juin 2020, en évolution quasi-stable, alignée sur le taux directeur à 1,5%.

S’agissant du volume moyen des transactions interbancaires, il a reculé par rapport au premier trimestre 2022 de 11,5% pour se situer à 3,9 Mrds DH. En outre, la DEPF note qu’afin de poursuivre son soutien à l’activité économique, Bank Al-Maghrib a décidé, lors de la tenue de son conseil, le 21 juin 2022, de maintenir l’orientation accommodante de la politique monétaire. Elle maintient, par conséquent, le taux directeur actuel à 1,5%. Cette décision tient compte de l’impact des décisions prises dans le cadre de l’accord social du 30 avril 2022, de la nature des pressions inflationnistes, essentiellement d’origine externe, et du retour prévu de l’inflation à des niveaux modérés en 2023.

Concernant l’évolution des taux débiteurs, le taux moyen pondéré global a enregistré une baisse, en glissement trimestriel, de 16 points de base pour se situer à 4,28% au premier trimestre 2022, après de légères hausses au T4-2021 (+9 pb) et au T3-2021 (+3 pb). Ce recul a concerné les taux des crédits à l’équipement (-26 pb à 4,30%), à l’immobilier (-22 pb à 4,60%) et de trésorerie (-21 pb à 3,90%). En revanche, les taux des crédits à la consommation ont enregistré une légère hausse de 3 pb à 6,5%.

5%.

S’agissant du volume moyen des transactions interbancaires, il a reculé par rapport au premier trimestre 2022 de 11,5% pour se situer à 3,9 Mrds DH. En outre, la DEPF note qu’afin de poursuivre son soutien à l’activité économique, Bank Al-Maghrib a décidé, lors de la tenue de son conseil, le 21 juin 2022, de maintenir l’orientation accommodante de la politique monétaire. Elle maintient, par conséquent, le taux directeur actuel à 1,5%. Cette décision tient compte de l’impact des décisions prises dans le cadre de l’accord social du 30 avril 2022, de la nature des pressions inflationnistes, essentiellement d’origine externe, et du retour prévu de l’inflation à des niveaux modérés en 2023.

Concernant l’évolution des taux débiteurs, le taux moyen pondéré global a enregistré une baisse, en glissement trimestriel, de 16 points de base pour se situer à 4,28% au premier trimestre 2022, après de légères hausses au T4-2021 (+9 pb) et au T3-2021 (+3 pb). Ce recul a concerné les taux des crédits à l’équipement (-26 pb à 4,30%), à l’immobilier (-22 pb à 4,60%) et de trésorerie (-21 pb à 3,90%). En revanche, les taux des crédits à la consommation ont enregistré une légère hausse de 3 pb à 6,5%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous