#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

A Beyrouth, le chef de la diplomatie iranienne est catégorique : Le Hamas a gagné la partie !

Le chef de la diplomatie iranienne affirme que les États-Unis et Israël n’ont pas réussi à éradiquer le Hamas et ont perdu leur guerre dans la bande de Gaza assiégée. Et soutient que l’élan de solidarité avec les Palestiniens de Gaza qui s’est exprimé en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen, était plus spontané que préprogrammé.
A Beyrouth, le chef de la diplomatie iranienne est catégorique : Le Hamas a gagné la partie !

Hossein Amir-Abdollahian a déclaré au micro d’Al-Mayadeen, télé libanaise, que la trêve humanitaire actuelle entre Israël et le Hamas était le résultat de l’échec de Washington et de Tel-Aviv à éliminer le Hamas par la guerre. « Aujourd’hui, nous constatons que les États-Unis et Israël ne sont pas capables d’éliminer le Hamas à Gaza. Le Hamas est un mouvement de libération légitime et il restera en Palestine », a-t-il assuré mercredi 29 novembre.

A ses yeux, « les gagnants de la guerre sont la nation palestinienne et la Résistance. Jusqu’à présent, les États-Unis et le régime sioniste ont été les principaux perdants de cette guerre. »

Une trêve prolongée de six jours à Gaza a mis un terme aux attaques israéliennes et a permis aux agences humanitaires de fournir de l’aide aux Palestiniens déplacés qui ont urgemment besoin d’avoir un accès sûr et durable à l’eau potable, à la nourriture, aux soins de santé, au carburant et aux médicaments. Le haut diplomate iranien a souligné que le cessez-le-feu en cours à Gaza a fourni l’opportunité à la région de rester loin de la guerre et des affrontements pendant un certain temps. « Les États-Unis doivent choisir entre la poursuite de cette situation qui permet d’épargner la région de la guerre et la poursuite d’une situation encore pire », a-t-il averti.

H. Amir Abdoulahian a également déclaré que les États-Unis avaient envoyé plusieurs messages à l’Iran, lui demandant de faire preuve de retenue. Washington, a-t-il ajouté, a également déclaré qu’il ne cherchait pas à étendre la guerre et il a demandé à Téhéran de préconiser aux groupes de Résistance en Irak, en Syrie et au Yémen de ne pas agir contre les bases américaines et israéliennes. « Il existe aujourd’hui des groupes en Irak et en Syrie qui agissent contre les États-Unis selon leur propre volonté. Ils n’obtiennent pas au préalable notre permission. Ils ne sont pas sous le commandement de l’Iran. Nous avons clairement dit que l’Iran ne dispose d’aucun groupe ou organisation mandataire dans la région », a rappelé le ministre iranien des Affaires étrangères.

« Nous avons dit à tous les acteurs et aux États-Unis que si vous voulez de la retenue de la part de l’Iran, du Hezbollah [libanais] et des autres parties…, vous devriez dans les faits chercher à arrêter la guerre et ne pas prendre parti pour l’occupation sioniste et participer à ses crimes », a poursuivi le responsable iranien. Tout en insistant sur le fait que la République islamique ne cherchait pas à étendre la portée de cette guerre, avertissant néanmoins qu’une telle option ne saurait être écartée en cas de l’intensification du conflit à Gaza.

Le ministre iranien a confirmé que de nouveaux fronts au sud du Liban, au Yémen, en Syrie et en Irak s’étaient précipités au secours de Gaza, notant que certains pays arabo-musulmans ont montré qu’ils ne pouvaient pas rester indifférents au massacre des civils. La Résistance, a-t-il affirmé, produit et se procure elle-même ses équipements et ses armes.

H. Amir-Abdolahian a fait état aussi de la solution iranienne à la question palestinienne qui implique un référendum auquel prendront part tous les Palestiniens, y compris les juifs, les chrétiens et les musulmans. « Mais il faut dire qu’après ses 70 années d’occupation, le régime israélien a encore montré tout au long des 76 jours passés qu’il était la même entité criminelle usurpatrice qu’avant. Les gestes démocratiques et les discours sur la démocratie pour le régime israélien sont une amère ironie de notre histoire », a souligné le ministre iranien des Affaires étrangères.

H. Amir-Abdolahian a également exhorté la communauté internationale à se concentrer sur le désarmement nucléaire d’Israël et sur le procès des criminels de guerre sionistes. « La réalité amère du monde d’aujourd’hui est que le Conseil de sécurité de l’ONU n’a publié aucune résolution, que le Conseil des droits de l’homme n’a tenu aucune session et qu’aucun comité d’enquête n’a été formé pour enquêter sur le génocide israélien et les crimes de guerre à Gaza », a-t-il fait savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous