Logo Perspectives med

Zones humides : Dix zone RAMSAR de plus…

Le processus d’inscription de dix nouveaux sites Ramsar «zone humide d'importance internationale», vient d’être lancé dans le pays. Le choix des sites candidats s’est fait avec GREPOM/BirdLife Maroc.

Les nouveaux sites candidats, dont l’inscription est en cours de validation par l’Agence nationale des eaux et forêts (ANEF), ont été présentés, lundi à Rabat, à l’occasion d’un atelier de clôture du projet porté par le Groupe de recherche pour la protection des oiseaux au Maroc (GREPOM/BirdLife Maroc), association nationale engagée depuis 1993 dans la conservation de la biodiversité en général et des oiseaux en particulier.

Ils sont répartis entre «sites lacustres alimentant des cours d’eau» à savoir trois lacs naturels atlasiques, dont deux donnent naissance à des grands cours d’eau et des «Eaux courantes et sources associées». Parmi les sites lacustres alimentant des cours d’eau candidats sites Ramsar, figure Aguelmam Azegza, un lac classé Site d’intérêt biologique et écologique (SIBE), mais qui a été négligé dans les propositions antérieures de Sites Ramsar. Il s’agit aussi d’Aguelmam Mi’ammi, avec le cours supérieur d’Oued Chbouka. La liste comprend aussi le Lac Ifni, qui appartient à un type d’écosystèmes très rare, mais qui est responsable de la pérennité du cours supérieur et moyen de l’Assif n’Tifnoute.

Concernant les Eaux courantes et sources associées qui sont des cours d’eau connus pour l’originalité de leurs communautés vivantes et pour leur grande valeur paysagère, les nouvelles candidatures concernent Oued Laou, cours inférieur du versant nord du Rif central et Oued El Qanar, cours supérieur drainant le versant nord du massif de Talassemtane, qui constitue déjà un Parc national. Il s’agit aussi d’Oued Sebou au piémont du Moyen Atlas, Oued Fellate (haut Oum Er-Rabi’a), Oued Ouzoud et un court tronçon du cours aval de Oued Nfiss, cours d’eau haut-atlasique qui a été ciblé par de nombreuses études hydro-biologiques antérieures, en raison de l’endémisme révélé par ses invertébrés aquatiques.

La liste des candidats aux sites Ramsar contient également les Sources de Sidi Rached (Azrou), résurgences pérennes à l’aval desquelles ont été bâtis des bassins piscicoles et qui rendent un service écosystémique d’importance nationale.

Recommandé pour vous