#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Zone OCDE : La croissance ramollit au T4-2021

Previous slide
Next slide
La croissance du PIB de l’OCDE s’est poursuivie de façon régulière au quatrième trimestre de 2021, mais a ralenti en Europe, selon des données publiées lundi par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE).

Le produit intérieur brut (PIB) dans la zone OCDE a augmenté de 1,2 % entre le troisième et le quatrième trimestre de 2021 selon des estimations provisoires, en légère hausse par rapport à la croissance de 1,1% enregistrée entre le deuxième et le troisième trimestre.
Dans le G7, la croissance du PIB en glissement trimestriel s’est accélérée pour atteindre 1,2 % au quatrième trimestre de 2021, contre 0,9 % au troisième trimestre, grâce aux hausses aux États-Unis (1,7 %, contre 0,6 % au trimestre précédent), au Canada (1,6 %, contre 1,3 %) et au Japon (1,3 %, contre 0,7 %). La croissance du PIB a nettement ralenti dans les principales économies européennes au T4 2021, notamment en France (à 0,7%, contre 3,1% au trimestre précédent) et en Italie (à 0,6%, contre 2,6%). En Allemagne, le PIB s’est contracté de moins 0,7% au T4 2021, contre 1,7% au T3 2021. Au Royaume-Uni, la croissance du PIB s’est stabilisée à 1,0 % au T4 2021. Le Canada a désormais dépassé son niveau pré-pandémique du PIB de 0,2 % par rapport au T4 2019, rejoignant ainsi les États-Unis et la France qui ont retrouvé leur niveau pré-pandémique respectivement au T2 2021 et au T3 2021.
Le PIB des autres pays du G7 est resté inférieur aux niveaux pré-pandémiques, l’écart le plus important étant enregistré en Allemagne, toujours inférieur de 1,5 % au niveau du T4 2019. Aux États-Unis, la demande intérieure finale a augmenté de 0,5 % au T4 2021, alors que la reconstitution des stocks a contribué à hauteur de 1,2 points de pourcentage à la croissance du PIB en glissement trimestriel de 1,7 %. Au Japon, les principaux moteurs de la croissance du PIB au T4 ont été la consommation privée (1,4 points de pourcentage) et les exportations (0,2 points de pourcentage), tandis que la consommation publique, l’investissement et le déstockage ont chacun retiré 0,1 points de pourcentage de la croissance globale.
Parmi les autres pays de l’OCDE pour lesquels des données sont disponibles pour le quatrième trimestre de 2021, la Colombie et Israël ont enregistré les plus fortes hausses de PIB par rapport au trimestre précédent (respectivement 4,3% et 3,9%), suivis de la Hongrie (2,1%), l’Espagne (2,0%), la Pologne (1,7%), le Portugal (1,6%) et la Suède (1,4%). Des baisses ont été enregistrées en Autriche (moins 2,2 %) et en Lettonie (moins 0,1 %). En ce qui concerne la croissance sur l’ensemble de l’année 2021, selon les premières estimations, le PIB de la zone OCDE a augmenté de 5,5% en termes réels, après la forte baisse enregistrée en 2020 (moins 4.6%) en raison de la pandémie de COVID-19. Parmi les pays du G7, le Royaume-Uni a vu son économie se contracter le plus en 2020 (moins 9,4 %) et a enregistré la plus forte croissance annuelle en 2021 (7,5 %). La France a connu une hausse de 7,0% en 2021 comparée à une contraction de moins 7,9% en 2020, tandis que l’économie de l’Italie a progressé de 6,4% en 2021 après s’être contractée de 8,9% en 2020.

Recommandé pour vous