Logo Perspectives med

Vie partisane : PADS, CNI et GU décidés à fusionner

Le Parti de l'Avant-Garde démocratique et socialiste (PADS), du Congrès national Ittihadi (CNI) et du mouvement «Al Yassar Al Wahdawi» (Gauche unioniste), composé de dissidents du PSU, au sein de la Fédération de gauche, s’apprêtent à sceller leur union. Les trois instances ont convenu, dimanche à Casablanca, de tenir leur premier congrès le 16, 17 et 18 décembre à Bouznika.
PADS, CNI et GU décidés à fusionner

Rive gauche, un mariage de raison semble sur le point d’aboutir. L’aspiration unitaire exprimée par les trois formations de gauche depuis des mois est sur la voie de la concrétisation. Autant dire que le comité préparatoire, lancé en mai dernier par les délégués des trois composantes de la Fédération de gauche réunis, à Bouznika, a balisé le chemin vers l’union. Processus rendu nécessaire au regard de la situation politique par trop atomisée en plusieurs chapelles dites « progressistes ».

Le prochain congrès qui scellera ce processus vertueux verra la participation de 1.200 congressistes. Les organisateurs souhaitent inviter environ 200 personnalités de la gauche au Maroc, qui n’appartiennent pas à des formations politiques ou se sont retirées de la vie partisane en vue de les intégrer au projet de la Fédération de gauche. La FG compte une seule députée à la Chambre des représentants.

Le Maroc a déjà connu, en 2002, la fusion de partis de gauche au sein de la Gauche socialiste unifiée. Un cadre qui a donné naissance en 2005 au Parti socialiste unifié (PSU) que dirige Nabyla Mounib, qui ne semble pas chaude face à cette perspective. Le PSU fait, pour l’heure, cavalier seul alors qu’il a développé toute une rhétorique sur la nécessaire union dans un cadre fédéral, lequel n’exclurait en aucun cas les spécificités inhérentes à chaque formation.

Recommandé pour vous