#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Scandale de l’examen de l’avocature : Des grévistes de la faim à l’article de la mort

Le scandale qui a éclaté en décembre dernier, dans le sillage de l’examen d'aptitude à l'exercice de la profession d'avocat, connait un pourrissement qui interpelle. En effet, la grève de la faim ouverte observée depuis quelques jours par des candidats qui dénoncent risque de prendre une tournure dramatique.
Scandale de l’examen de l’avocature

Le Comité national des victimes de l’examen d’aptitude à l’exercice de la profession d’avocat a alerté, depuis mardi, contre la dégradation de l’état de santé de leurs confrères. Chaima Abbad signale ainsi que « la situation des étudiants en grève de la faim se détériore en raison de la grève de la faim à durée indéterminée qu’ils ont engagés depuis vendredi » 24 février, révélant que certains d’entre eux ont été transportés à l’hôpital après la détérioration de leur état de santé.

Des activistes marocains ont ainsi lancé une pétition, appelant les étudiants à suspendre leur mouvement et pour la protection du droit à la vie et à l’intégrité physique. « Nous sommes un groupe de citoyens marocains qui croient aux valeurs des droits de l’Homme, et qui, comme vous, aspirent à un Maroc d’égalité, d’équité et de justice. Nous vous appelons à arrêter votre grève de la faim, surtout après les nouvelles fréquentes concernant la détérioration de votre santé », lit-on dans la pétition. « Nous nous engageons à vous soutenir dans toutes vos formes de luttes futures, mais la priorité ici et maintenant est votre droit à la vie, votre santé et votre sécurité physique », insistent ses signataires.

Dans le même sillage, la Coalition marocaine des instances des droits de l’Homme a annoncé de son côté qu’elle comptait prendre langue vendredi avec les grévistes de la faim. « Devant l’état de santé des grévistes de la faim, qui menace le droit à la vie, le droit à l’intégrité physique et à la sécurité personnelle, la Coalition leur rendra visite, aujourd’hui, vendredi, au siège de la Fédération de la gauche démocratique au quartier Yacoub Al Mansour à Rabat, afin de s’informer sur leur situation et prendre les mesures nécessaires pour protéger leurs droits et préserver leur droit sacré à la vie », selon Abdelilah Ben Abdeslam, coordinateur de la coalition.

A rappeler que le gouvernement, interpellé à ce sujet, n’a pas donné la moindre réponse. Mustapha Baitas, porte-parole de l’Exécutif a gardé le silence autour de ce dossier alors qu’il a été interpellé, lors de sa dernière prestation, par trois supports distincts. Un dédain aussi inexplicable que celui qu’affichent l’instance parlementaire et/où les formations de l’opposition. Il y a quelque chose de pourri dans le Royaume de… Belgique.

Recommandé pour vous