#Libération_Palestine

Logo Perspectives med
Previous slide
Next slide

Restitution des biens à Israël : Pomme de discorde entre Tel-Aviv et Varsovie

Previous slide
Next slide

Cette loi bloque la restitution des biens en question a été fustigée par Yaïr Lapid, ministre israélien des Affaires étrangères, qui l’a qualifiée d’immorale.
Selon l’agence russe Sputnik, le président du PiS a affirmé avoir beaucoup de «choses à dire à ce sujet». Il a commencé par dénoncer l’opposition polonaise qui, selon lui, «pense que la Pologne est une sorte de pays de second rang» et qu’elle devrait «mener des consultations» à l’étranger avant d’adopter une loi.
«J’ai un point de vue radicalement différent sur cette question. Premièrement, nous faisons la loi nous-mêmes, et deuxièmement, nous ne devons rien à personne. Pas même un sou», a martelé J. Kaczynski.
Le problème de l’indemnisation ayant été évoqué, il a parlé des «factures qui n’ont pas été réglées avec nous».
«Pour les crimes et destructions de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne nous doit plus de mille milliards de dollars», a-t-il détaillé.
Le 24 juin, la Diète, chambre basse du Parlement polonais, a adopté par 309 voix et 120 abstentions un projet de loi introduisant un délai de prescription de 30 ans pour les demandes de restitution de biens saisis pendant la dernière guerre, mais aussi au cours des décennies qui ont suivi 1945. Pour entrer en vigueur, le projet doit être approuvé par le Sénat.
Cela a été fustigé par Israël. «C’est une injustice et une honte horribles qui portent atteinte aux droits des survivants de l’Holocauste, de leurs héritiers et des membres des communautés juives qui ont existé en Pologne pendant des centaines d’années», a déclaré Y. Lapid. «C’est une action incompréhensible. Cette loi immorale nuira gravement aux relations entre pays», devait-il ajouter.
Ce a quoi son homologue polonais lui a répondu que ses commentaires étaient erronés. «Ces commentaires sont révélateurs d’une méconnaissance des faits et de la loi polonaise», a-t-il indiqué dans un communiqué. «La Pologne n’est en aucun cas responsable de l’Holocauste, une atrocité commise par l’occupant allemand également sur les citoyens polonais d’origine non juive», rapporte Sputnik
Sous l’occupation des nazis allemands qui considéraient les Slaves comme des « sous-hommes », une politique d’extermination a été également exécutée contre eux.
Dans son livre La Pologne, publié en 2007, le sociologue français François Bafoil estime à 7,5 millions le nombre total de tués durant cette époque dans ce pays, dont 4,6 millions de slaves. Les autres étant des juifs.

Recommandé pour vous