#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Pression militaire russo-syrienne à Idlib : En quoi consiste la partition turque jouée par HTC ?

La coalition de milices de Hayat Tahrir al-Cham (HTC) qui contrôle la province d’Idleb dans l’ouest de la Syrie mènent une guerre d’extermination contre les combattants de Jund al-Cham et de Jund Allah, pourtant alliés durant la guerre en Syrie. En parallèle, l’armée turque renforce toujours ses rangs dans la région où des convois chargés de soldats et d’armes, outre des colonnes de chars, ont été signalés. Les accointances d’Ankara avec HTC sont connues et les Turcs cherchent à parer l’ancienne milice d’Al-Qaida d’un semblant de respectabilité.

La branche locale d’Al-Qaida, Hayat Tahrir al-Cham ne ménage en rien ses alliés d’hier dans le gouvernorat d’Idlib. C’est à croire que son objectif est d’étendre son pouvoir sur toute la zone, encore en rébellion, pour disposer d’arguments à faire valoir en cas de négociations sur le sort de la région. Dans la ligne de mire du HTC, on trouve des combattants étrangers de Jund al-Cham (Les soldats du Levant) dirigé par le tchéchène, connu sous le pseudonyme Abou Muslim al-Chichani, outre ceux de Jund Allah (les soldats de Dieu) groupuscule fondé et dirigé par le milicien turc, Abou Fatima al-Turki. Après sa mort, il a été repris en main par l’azerbaidjanais Abou Hanifa al-Azeri.
Les deux groupuscules qui comptent quelques centaines d’hommes font front commun contre HTC (alias front al-Nosra, ex-branche d’al-Qaida) et refusent de plier à son commandant Abou Mohamad al-Joulani qui s’était engagé auprès de la Turquie à éliminer les groupuscules qui refusent sa mainmise. Retranchés dans la montagne des Turcomans, dans la province de Lattaquié, ils font l’objet d’attaques lancées par HTC depuis la région avoisinante de Jisr al-Choghour dans la province d’Idleb.
Selon les dernières informations, après un pilonnage au cours duquel HTC a utilisé l’artillerie et des chars de combat, ses miliciens avancent dans cette montagne en direction des positions des deux groupuscules et renforcent sa présence militaire dans leurs camps avoisinant Hamamat et Darkouche.
Selon la télévision libanaise d’information al-Mayadeen, Jund al-Cham a résisté dans un premier moment contre les attaques de HTC, tuant, blessant et emprisonnant ses miliciens. Mais face à son avancée, son chef et 70 de ses hommes, se seraient rendus, en échange d’un accord leur permettant de se retirer de la montagne vers une zone sécurisée. Abou Muslim al-Chichani avait refusé en juin dernier de rejoindre les rangs de HTC. Avant l’éclatement des combats, il a déclaré dans un enregistrement sonore qu’il est contre l’effusion de sang. Mais il semble que d’autres miliciens du groupe tchétchène, dirigés par un certain Mourad Margochvili refusent de se rendre et les combats se poursuivent entre les deux groupuscules dans le nord-ouest d’Idleb, selon RT.
Il en est de même avec la milice Jund Allah connue pour être le plus farouchement hostile à HTC et qui est décidée à le combattre jusqu’au bout. Elle refuse d’être enrôlée sous le commandement d’ al-Joulani, au motif qu’il est au service d’agendas étrangers et menace son ambition d’établir un émirat islamique dans la province ouest d’Idleb. Dans un communiqué publié lundi 25 octobre, elle a accusé « HTC de vouloir combattre les moudjahidines et les mouhajirines (les immigres) parmi les Turcomans pour les livrer aux Russes et aux Majous (les iraniens) ».
Al-Joulani a tenté de les éradiquer depuis quelques mois. Il a ordonné l’arrestation et la liquidation de ses membres qui sont majoritairement originaires de l’Azerbaïdjan orientale. Mais il n’a pu parvenir aux positions où ils sont retranchés dans la montagne de Turcomans. Ce groupuscule est l’un des plus sanguinaires. HTC par la voix de l’un de ses dirigeants Abou Maria al-Qahtani a accusé ce groupuscule de rassembler autour de lui les restes d’al-Qaida, de Hourras Eddine, et de Daech. Selon lui, il a édifié des camps dans la montagne des Turcomans à partir desquels il effectue des attentats sécuritaires contre lui et contre l’armée turque à Idleb. Pour l’heure, HTC a établi 7 positions militaires dans la montagne des Turcomans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous