Logo Perspectives med

PCNS : La jeunesse, acteur clé du changement social

Les jeunes constituent des acteurs clés du changement social et une force incontournable du développement durable. C’est ce qui ressort de la 3ème édition des débats virtuels “Parlons développement” placée sous le thème “Les jeunes : moteurs du changement vers un développement durable”. Rencontre durant laquelle les intervenants ont mis en avant le rôle majeur que doivent jouer les jeunes générations en tant que moteurs du changement social vers le développement durable, notamment à travers le prisme de l’engagement civique, de l’engagement politique et de l’entreprenariat.

Lors de cet événement, initié conjointement par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la Banque mondiale et le Policy Center for the New South (PCNS), Asmae El Hajji, consultante en management des organisations, formatrice et doctorante en science de gestion, et cofondatrice du Moroccan Leadership Institute (M.L.I), a souligné l’importance de la participation civique et citoyenne des jeunes, relevant que leur contribution “qui peut paraitre simple” est amplement significative pour réaliser des changements sociaux cruciaux. Elle a, dans ce sens, affirmé que les jeunes doivent être conscients de ce rôle qui constitue un moyen concret d’assurer une influence significative, faisant observer que l’engagement civique leur permet de faire valoir leurs idées mais aussi leurs intérêts.
De son côté, Idriss El Fateh Hadef, président fondateur de l’Association Passagers et membre de la commission préfectorale de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) Oujda-Angad, a mis en avant la nécessité d’inculquer l’éducation civique dès le jeune âge, notamment dans les écoles et via les activités parascolaires. Il a, à ce propos, soulevé que l’apport de la jeunesse est une condition sine qua non de tout progrès social, insistant sur la mise en place de plus de moyens et outils à même de stimuler la participation citoyenne et l’engagement civique des jeunes.
Pour sa part, Touria Benlafqih, consultante en entrepreneuriat et en programmes de développement économique, gérante du cabinet de conseil EMPEOPLE et présidente de Al Maghreb Qudurate, a souligné l’impératif d’encadrer les jeunes particulièrement dans le milieu rural, insistant sur la nécessité d’accès à l’information pour cette jeunesse dans l’objectif d’assurer une large sensibilisation sur l’importance de la participation civique mais aussi politique. Elle a, à cet effet, mis en évidence la nécessité de donner l’opportunité aux jeunes à même d’acquérir des compétences personnelles et professionnelles pour qu’ils puissent contribuer de leur côté au développement rural notamment par le biais de l’entreprenariat et les services volontaires.
La 3ème édition des débats virtuels “Parlons développement” a été organisée en partenariat avec des jeunes leaders du Youth Leadership Programme (YLP) et de l’Atlantic Dialogues Emerging Leaders (ADEL), en présence d’experts nationaux. Dans le but de stimuler le débat public autour des enjeux de développement du Maroc, le PNUD, la Banque mondiale et le PCNS ont lancé une série de débats virtuels, sous le nom “Parlons développement”. Cette série a pour but d’examiner les opportunités et défis dans la trajectoire du Maroc vers un développement inclusif, durable et résilient, prenant comme référentiel les Objectifs du développement durable (ODD) et le Nouveau modèle de développement (NMD).
Cette série de dialogues vise à encourager les jeunes à prendre part au débat public autour des enjeux de développement et à stimuler la recherche et les analyses sur le modèle de développement du Royaume, notamment en ce qui concerne les grands enseignements de la crise de la Covid-19.

Recommandé pour vous