Logo Perspectives med

Normalisation entre Washington et Caracas : N. Maduro tend la main à l’Oncle Sam

Le chef d'Etat vénézuélien a déclaré qu'il était disposé à rétablir des relations diplomatiques avec Washington après plusieurs années de rupture, espérant que les Etats-Unis abandonneront leur « politique extrémiste » à l'encontre de Caracas.
Normalisation entre Washington et Caracas

Nicolas Maduro a fait savoir le 1er janvier que son pays était prêt à normaliser ses relations avec les Etats-Unis, rompues depuis 2019 – alors que Washington ne faisait pas secret ces derniers temps de sa volonté d’y renverser le gouvernement. « Le Venezuela est prêt, totalement prêt, pour se diriger vers un processus de normalisation des relations diplomatiques, consulaires, politiques, avec ce gouvernement des Etats-Unis et avec ceux qui pourraient arriver ensuite », a déclaré le président vénézuélien lors d’une interview avec le journaliste français Ignacio Ramonet et la chaîne Telesur, diffusée par la télévision publique vénézuélienne.

« Nous sommes prêts pour des dialogues au plus haut niveau, pour des relations de respect, et j’espère qu’un rayon de lumière parviendra à ces Etats-Unis d’Amérique du Nord pour qu’ils tournent la page, laissent de côté cette politique extrémiste, et parviennent à des politiques plus pragmatiques vis-à-vis du Venezuela », a-t-il poursuivi.

Le gouvernement de N. Maduro avait rompu avec les Etats-Unis en 2019, année où l’administration de Donald Trump avait reconnu l’opposant Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela, ce dernier venant d’être sévèrement désavoué par les forces d’opposition elles-mêmes. Afin de tenter de chasser le successeur d’Hugo Chavez du pouvoir, Washington avait adopté une batterie de sanctions contre Caracas, dont un embargo sur le pétrole.
Même si l’actuel président Joe Biden continue formellement à ne pas reconnaître N. Maduro comme président du Venezuela, jugeant son élection en 2018 frauduleuse, la crise pétrolière provoquée par la guerre en Ukraine a entraîné un réchauffement des relations et une nette inflexion de l’attitude de Washington, intéressé comme une série d’autre pays, dont la France, par les ressources énergétiques de Caracas.

La Maison Blanche a ainsi envoyé en 2022 des émissaires pour négocier, et a assoupli les sanctions contre le Venezuela après une avancée dans les négociations entre pouvoir et opposition, permettant notamment au géant pétrolier Chevron d’opérer dans le pays latino-américain pendant les six prochains mois.

Le président vénézuélien a également déclaré que « les choses avancent bien » avec l’Union européenne et qu’un « dialogue permanent » est mené avec Josep Borrell, chef de la diplomatie des Vingt-Sept. N. Maduro effectue un retour remarqué sur la scène internationale, bénéficiant à la fois de l’intérêt occidental pour de nouvelles sources d’approvisionnement en gaz et en pétrole dans la foulée des sanctions antirusses, ainsi que du basculement à gauche de plusieurs pays d’Amérique latine, à commencer par la Colombie voisine.

Recommandé pour vous