#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Livraisons d’armes occidentales à l’Ukraine : Moscou menace de les détruire…

« La Russie considérera les véhicules américains et de l’OTAN transportant des armes sur le sol ukrainien comme des cibles militaires légitimes », a mis en garde, Sergueï Riabkov vice-ministre russe des Affaires étrangères. Cette déclaration intervient à l’heure où nombre de pays occidentaux continuent à livrer des armes à Kiev. Washington vient de décider l’envoi de matériel à l’armée ukrainienne supplémentaire d’une valeur de 800 millions de dollars.

« Toute tentative de l’Occident d’infliger des dommages importants à l’armée russe ou à ses alliés en Ukraine sera sévèrement réprimée », a affirmé S. Riabkov lors d’une interview avec l’agence de presse TASS. « Nous indiquons clairement aux Américains et aux autres Occidentaux que les tentatives de ralentir notre opération spéciale en Ukraine et d’infliger un maximum de dégâts aux unités et formations russes dans les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk seront sévèrement réprimées », a ajouté le vice-ministre des Affaires étrangères.

Au début de l’opération russe en février, Andrey Klimov, président de la Commission de défense de la souveraineté de la Fédération russe, avait averti que la Russie allait frapper tous les individus en Ukraine qui transportent des armes occidentales à Kiev.

Oleg Syromolotov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a déclaré que la situation en Ukraine « s’aggrave en raison du flux de mercenaires », recrutés par les missions diplomatiques ukrainiennes. « La situation a été exacerbée par l’afflux de mercenaires étrangers des pays européens et du Moyen-Orient en Ukraine. En violation du droit international, ils sont recrutés par de nombreuses parties, y compris les missions diplomatiques ukrainiennes », a ajouté mercredi 13 avril, ce responsable russe au micro de Sputnik.

Le responsable russe a souligné que ces recrues « sont bien armées, car depuis huit ans, les États membres de l’Otan fournissent à l’Ukraine des armes, des munitions et du matériel militaire ». Il a poursuivi que « depuis le début de l’opération militaire spéciale, le volume de l’aide militaire occidentale à l’Ukraine a augmenté. Au cours du dernier mois et demi, Washington à lui seul a fourni à Kiev des armes pour un total de 1,65 milliard de dollars, des centaines de MANPADS équipés de missiles Stinger, et des milliers de missiles Javelin, anti-blindés, lance-grenades et autres types d’armes. »

Selon O. Syromolotov, les autorités ukrainiennes qui « ne contrôlent pas les actions des militants », ne seront pas en mesure de « garantir le stockage sûr et la non-prolifération de ces armes, qui pourraient se retrouver plus tard sur les marchés noirs d’autres pays ».

La Grande-Bretagne a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’elle s’était mise d’accord avec ses alliés pour envoyer davantage d’armes létales à l’Ukraine, y compris des pièces d’artillerie à plus longue portée, des munitions et davantage d’armes antiaériennes, après avoir annoncé précédemment qu’elle se préparait à envoyer 6000 missiles antichars.

Le président américain Joe Biden a pour la première fois accusé dans la nuit de mardi à mercredi 13 avril son homologue russe Vladimir Poutine de mener un « génocide » en Ukraine, mot jusque-là employé par le chef d’Etat ukrainien Volodymyr Zelensky mais jamais par l’administration US. « Oui, j’ai appelé ça un génocide », a dit J. Biden à des journalistes lors d’un déplacement dans l’Iowa, quelques heures après avoir évoqué ce terme lors d’un discours consacré à la lutte contre l’inflation. Une accusation réfutée par le Kremlin, affirmant qu’il est inadmissible d’utiliser ces termes.

« Notre désaccord est catégorique et nous considérons que de telles tentatives de déformer la réalité sont inacceptables, d’autant plus qu’elles viennent du président des Etats-Unis, pays dont les agissements dans l’histoire récente sont bien connus », a commenté Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

« Il est de plus en plus clair que Poutine essaie simplement d’effacer l’idée même de pouvoir être un Ukrainien », a auparavant estimé le président américain. Si « les avocats, au niveau international », trancheront sur la qualification de génocide, « pour moi, cela y ressemble bien », a-t-il encore dit.

Prétendant que les « preuves s’accumulaient » concernant les « choses horribles qu’ont faites les Russes en Ukraine », le président démocrate a prédit que le monde « en découvrirait encore davantage sur la dévastation ».

Le président ukrainien a salué sur Twitter les « vrais mots d’un vrai leader », car « appeler les choses par leur nom est essentiel pour s’opposer au mal », tout en réclamant « en toute urgence plus d’armes lourdes ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous