#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Les défenses ukrainiennes s’effondrent : Les villages tombent les uns après les autres…

Le ministère russe de la Défense a annoncé jeudi avoir chassé les troupes ukrainiennes du village d'Andreïevka, en République populaire de Donetsk, localité voisine de celle de Klechtcheïevka, libérée la veille.
Les défenses ukrainiennes s’effondrent : Les villages tombent les uns après les autres…

L’armée russe a pris le contrôle d’Andreïevka en République populaire de Donetsk (RPD), a rapporté le ministère de la Défense dans son rapport ce 23 mai. « Les unités du Groupe de forces du Sud, à la suite d’actions offensives, ont libéré le village d’Andreïevka de la République populaire de Donetsk et ont également amélioré la situation le long de la ligne de front », indique le ministère. Andreïevka est un village au sud-ouest d’Artiomovsk (Bakhmout), libérée au terme d’âpres combats en mars 2023. La veille, l’armée russe avait annoncé avoir chassé les troupes ukrainiennes du village voisin de Klechtcheïevka sur le même secteur du front. Ce dernier avait été l’un des rares repris par les forces ukrainiennes lors de l’échec de leur contre-offensive de l’été 2023.

Le contrôle d’Andreïevka permet aux forces armées russes d’avancer au sud de la route menant à Tchassov Iar, où se déroulent d’âpres combats depuis avril. Il s’agit du troisième village libéré par l’armée russe depuis le début de la semaine. Le 20 mai, la Défense russe avait annoncé avoir pris le contrôle du village de Belogorovka, à la frontière ouest de la LPR, ouvrant la voie vers Seversk.

Les forces russes pressent les troupes ukrainiennes en maints endroits du front. Le ministère russe de la Défense a depuis deux semaines annoncé la libération d’une vingtaine de localités. Sur le front Sud, elles ont chassé le 15 mai les unités ukrainiennes de Rabotino, autre village repris à l’été 2023 par ces dernières. C’est initialement sur le front Nord, dans la région de Kharkov, que les troupes russes ont avancé, lançant le 10 mai une offensive qui a bousculé les lignes de défense ukrainiennes.

Commentant l’offensive russe devant la presse en marge de sa visite en Chine, Vladimir Poutine avait déclaré le 17 mai que la Russie n’avait pas l’intention de lancer un assaut contre Kharkov, mais que ses troupes voulaient créer une « zone tampon » afin de mettre un terme aux bombardements constants des villes frontalières russes par l’artillerie ukrainienne.

Dans un entretien à l’AFP, Volodymyr Zelensky a affirmé le 18 mai que ses troupes avaient stoppé l’avancée russe à Kharkov, tout en prévenant que l’opération de Moscou pouvait être « constituée de plusieurs vagues ». L’offensive dans la région de Kharkov a en effet contraint les troupes ukrainiennes à dépêcher des réserves sur ce secteur du front, au risque d’en fragiliser d’autres. Le 21 mai, le président ukrainien rapportait de rudes combats dans la région de Donetsk : « Le secteur de Pokrovsk et d’autres secteurs de la région de Donetsk – Kramatorsk, Kourakhové – restent extrêmement difficiles, la majeure partie des combats s’y déroulent actuellement ». À cela s’ajoute une campagne de frappes visant les installations énergétiques ukrainiennes, en riposte aux attaques ukrainiennes contre les raffineries en Russie.

La pression russe semble inquiéter Kiev. Les autorités ukrainiennes ont notamment enjoint leurs soutiens occidentaux à les aider à frapper des cibles en Russie ainsi qu’à autoriser l’élargissement des frappes sur le territoire russe menées avec les armes qu’ils leur fournissent.

Recommandé pour vous