Logo Perspectives med

Le Président brésilien à Buenos Aires : Relancer la coopération régionale

Le président brésilien Lula da Silva a démarré, lundi 23 janvier, une visite d'État en Argentine qui relancera la relation stratégique entre les deux premières économies sud-américaines, avant de participer à un sommet régional.
Le Président brésilien à Buenos Aires

Le président brésilien est arrivé à Buenos Aires dimanche soir, après mis un terme à la mission du chef des armées de son pays, soupçonné de collusion avec les putschistes.

Pour cette première sortie internationale, renouant avec la tradition selon laquelle les présidents brésilien et argentin élus rendent d’abord visite à leur principal partenaire régional – tradition que Jair Bolsonaro avait volontairement ignorée –, Lula veut relancer l’axe Brasilia-Buenos Aires. Pour beaucoup de Brésiliens, ce premier voyage du président Lula marque le retour du Brésil sur le devant de la scène mondiale.

Car contrairement à son prédécesseur, qui avait coupé les relations avec plusieurs pays voisins, le gouvernement de Lula dépasse les idéologies, selon Carlos Fidelis, historien. « Lula est un homme de dialogue, un social-démocrate, il incarne la possibilité de réconcilier les différences. »

Après l’Argentine, le chef de l’État brésilien se rendra en Uruguay, et devrait rencontrer les dirigeants américains et chinois dans les prochains mois.
Plusieurs accords, économiques et commerciaux, mais aussi de défense, scientifiques et culturels, devaient être signés lundi entre Lula et son homologue Alberto Fernandez.

Ce dernier, qui se veut l’ami de son homologue brésilien depuis qu’il est allé le voir en prison, entend aussi remettre sur les rails le projet d’une monnaie commune entre les deux pays.

Au cours de sa visite d’État, Lula devrait rencontrer la vice-présidente et ancienne cheffe de l’État argentin, Cristina Kirchner. Mardi, le chef de l’État brésilien participera au sommet de la Celac, Communauté des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, que préside actuellement l’Argentine. Un sommet auquel devait participer également le président du Venezuela. Mais Nicolas Maduro s’est ravisé à la dernière minute pour raisons de sécurité. C’est donc son chef de la diplomatie qui l’y représentera…

Recommandé pour vous