#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Instabilité en Afghanistan : Explosions meurtrières à Kaboul

Deux explosions, suivies de tirs, se sont produites dans la capitale afghane. Elles ont fait au moins neuf morts et neuf blessés, rapporte Sputnik qui cite des sources locales.

Au moins 9 personnes ont été tuées et neuf autres blessées ce mercredi 17 novembre dans deux explosions qui se sont produites à moins d’une heure d’intervalle dans la partie ouest de Kaboul.
La première déflagration a eu lieu dans le quartier de Dasht-e-Barchi, elle a fait au moins quatre morts et deux blessés, a appris Sputnik auprès de témoins oculaires. L’explosion aurait été provoquée par une mine magnétique accrochée à un véhicule.
Qari Sayed Khosti, porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur, a annoncé sur Twitter qu’une personne avait été tuée et six autres, dont trois femmes, blessées.
La seconde explosion s’est aussi produite dans l’ouest de la capitale afghane, dans le quartier de Dehbori, tuant au moins cinq personnes, alors que sept autres ont été blessées, selon une source de Sputnik.
L’agence de presse Aamaj News parle, quant à elle, d’au moins sept morts.
Pour l’instant, aucun groupe armé n’a revendiqué ces attaques. Le mouvement taliban, au pouvoir en Afghanistan depuis août, n’a pas encore commenté la situation.
Le 15 novembre, une mine avait explosé en bordure de route dans le quartier de Kote Sangi, également dans l’ouest de Kaboul, blessant deux civils.
Deux jours plus tôt, le quartier de Dasht-e-Barchi avait été le théâtre de l’explosion d’une voiture piégée, qui, selon les Taliban, a fait un mort et deux blessés civils. Aamaj News avait, pour sa part, fait état de trois morts dont un journaliste de la chaîne Ariana TV et un employé d’une agence statistique. L’explosion du 13 novembre avait été revendiquée par l’État islamique au Khorassan, branche afghane de Daech. Le quartier de Dasht-e-Barchi est peuplé principalement par la minorité hazara, qui pratique un islam chiite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous