#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Festival cinéma et immigration d’Oujda : « Le Chemin du paradis » primé

Le Grand prix de la neuvième édition du Festival international du cinéma et immigration d’Oujda, qui s’est clôturée samedi dans la soirée a été du lot du Marocain Wahid Snouji pour son film «Le chemin du paradis».

Le théâtre Mohammed VI d’Oujda a accueilli la cérémonie de clôture de ce festival, organisé par l’Association solidarité pour le développement et l’immigration sous le thème«Le rôle du cinéma dans le renforcement de la sécurité culturelle des sociétés».
Dans la même catégorie du long métrage, le film «Istrupya» du Palestinien Ahmed Hassounah a décroché le prix du meilleur scénario, alors que le prix spécial du jury est allé à «Sudani from Nigeria» de l’Indien Mohamed Zakariya.
Le jury de cette édition, présidé par le réalisateur marocain Fouad Souiba, a décerné le prix de la meilleure interprétation masculine à l’acteur Aziz Agazim pour sa performance dans«Le chemin du paradis», alors que l’actrice tunisienne Soundous Bellahcen a remporté le prix de la meilleure interprétation féminine pour son rôle dans «Benzine» de Sarra Abidi.
Pour les courts métrages, le prix de la meilleure réalisation a récompensé le Turc HakanUnal pour son film«Crack in the wall», alors que le prix du meilleur scénario est allé à «Asylum Ticket» du Syrien Mohamed Chamya, tandis que «May twenty seventh of thisyear» de l’Égyptien Mostafa Morad a décroché le grand prix de la catégorie.
Cette édition a connu la participation de 11 films, quatre longs métrages et sept courts métrages, représentant le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, la Libye, l’Égypte, la Syrie, la Turquie, les Pays-Bas, l’Inde et la Palestine.
Le programme de ce festival, organisé en partenariat avec la direction régionale de la Culture de l’Oriental, a comporté également une conférence autour du cinéma, une master class sur l’expérience cinématographique dans les pays d’accueil, des ateliers au profit des jeunes et la projection d’un film sur le Sahara marocain réalisé par Rabie Jouhari.
Par ailleurs, des hommages ont été rendus à l’acteur marocain, installé au Canada, Mohamed Amine Benjelloun et à l’acteur associatif installé en Belgique, Hicham El Kerout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous