#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Couverture sociale universelle : Les artisans concernés contre 135 Dh/mois

Après la publication des décrets relatifs à la généralisation de la couverture sociale, et le lancement de ce grand chantier initié par le Souverain, le nombre de travailleurs non salariés immatriculés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a atteint 1,64 million au 1er avril alors que la population concernée est estimée à quelque 3,2 millions de citoyens.

Les artisans marocains indépendants ainsi que leurs familles sont également concernés par le chantier de la généralisation de la couverture sociale.

Les deux années de pandémie n’ont pas été faciles pour cette catégorie de professionnels indépendants qui ont souffert de l’absence d’activité et surtout de touristes. À cet effet, le gouvernement a défini la cotisation des artisans traditionnels à la CNSS, en contrepartie d’une couverture maladie, à 135 dirhams par mois pour chaque famille.

Selon les données fournies par Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’Artisanat, et de l’Économie sociale et solidaire, cette cotisation concerne les professionnels exerçant dans le secteur de l’artisanat qui ne sont pas assujettis à la contribution professionnelle unique (CPU), ainsi que les auto-entrepreneurs et comptables.

S’agissant de la structuration et de la réglementation du secteur de l’artisanat, la ministre a précisé lors de la session des questions orales à la Chambre des représentants, que le gouvernement a publié tous les textes d’application pour la réglementation des activités de quelque 172 professions artisanales.

Pour améliorer l’exposition et la commercialisation des produits artisanaux, la responsable a souligné que son département a développé un certain nombre de programmes de soutien et de réhabilitation des infrastructures, indiquant que 64 infrastructures sont en cours d’achèvement.

Elle a également souligné devant les députés que la nouvelle approche adoptée par le ministère du Tourisme pour développer de manière globale les produits de l’industrie traditionnelle est basée sur le suivi qui va de l’approvisionnement en matières premières jusqu’à la production et la commercialisation du produit final. Pour une première phase, le coût global de ce programme est de l’ordre de 48 millions de dirhams, a-t-elle révélé.

En réponse à une question concernant l’attribution du programme « Forsa » au ministère du Tourisme au lieu du ministère de l’Emploi, Fatim-Zahra Ammor a déclaré que le programme, destiné à financer les projets des jeunes entrepreneurs, a été attribué à son ministère «car il s’adresse aussi aux coopératives et à un certain nombre d’activités opérant dans les secteurs économique, social et solidaire», et, a-t-elle dit, la question «n’était pas contestée au sein du gouvernement».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous