#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Boycott Israël : Les Marocains s’activent

La normalisation entre Rabat et Tel-Aviv ne passe toujours pas au Maroc. La preuve, des membres de la société civile, en particulier ceux du mouvement Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) et de la Campagne marocaine pour le boycott académique et culturel d’Israël (MACBI), pétitionnent. Une centaine de signataires se sont joints à l’appel lancé au gouvernement pour rompre ses liens avec Israël et revenir sur la normalisation des relations, compte tenu du cadre de la justice internationale. L’appel est on ne peut plus clair !
Les Marocains s’activent

« Aujourd’hui, la situation en Palestine et en particulier dans les territoires occupés depuis 1967, n’a jamais été aussi dramatique. Elle s’est aggravée par la mise en place du nouveau gouvernement extrémiste de Natanyahu, dont certains des membres se déclarent fascistes : ils lancent ouvertement des appels au meurtre des Arabes, à la destruction de Masjed Al Aqsa, ainsi que de celle de quartiers et de villages palestiniens (tel que le récent incendie du village de Huwara par les colons protégés par l’armée et l’accélération de l’expulsion des habitants de Sheikh Jarrah) et ils considèrent l’Autorité Palestinienne comme une « entité terroriste ».

C’est ce gouvernement de colons, le plus à droite jamais connu jusque-là, qui a pris la relève pour diriger l’occupation militaire, cette fois sans masque « démocratique ». Cela aboutira inévitablement à élargir son isolement au plan international.

Si le gouvernement marocain considère que la cause de la Palestine est, pour le Maroc, une cause nationale de premier rang – comme le lui enjoint le communiqué du Cabinet Royal -, la politique officielle du Maroc envers les ennemis de l’indépendance de la Palestine ne saurait être de les traiter en alliés.

Nous, signataires, appelons le gouvernement marocain à répondre favorablement à l’appel lancé en janvier de cette année par la coalition regroupant autour de l’OLP la société civile palestinienne, et donc :

1- à condamner sans équivoque l’occupation militaire de la Palestine,

2- à cesser toute relation avec le gouvernement extrémiste de Natanyahu et

3- à rompre avec l’Etat d’Apartheid qui occupe la Palestine.

Ce sont de telles mesures qui non seulement mettront le Maroc du côté de la justice et de la légalité internationale, mais surtout répondent aux aspirations profondes des Marocains et à leur attachement historique à la cause de la libération de la Palestine. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous