#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Au Vancouver Comic Arts Festival : Le boycott frappe M. Libicki, soldate israélienne…

Un festival de la bande dessinée à Vancouver a déclaré avoir interdit une artiste israélo-américaine en raison de son service effectué dans les rangs de l’armée israélienne, après s’être excusé de l’avoir autorisée à participer cette année.
Au Vancouver Comic Arts Festival : Le boycott frappe M. Libicki, soldate israélienne…

Le Vancouver Comic Arts Festival a supprimé sa déclaration dans laquelle il s’excusait d’avoir permis à Miriam Libicki d’exposer lors de l’événement, qui a eu lieu au début du mois, après que le Canadian Jewish News a publié un article attirant l’attention sur cette affaire. Selon ce média et les captures d’écran des réseaux sociaux, la déclaration ne nommait pas Libicki, mais faisait référence à elle et à son travail et indiquait qu’elle ne serait plus autorisée à participer au festival à l’avenir. « Les préoccupations concernaient le rôle antérieur de cette exposante dans l’armée israélienne et sa collection ultérieure d’œuvres qui racontent leur position personnelle dans ladite armée et l’occupation illégale de la Palestine », a indiqué la « déclaration de responsabilité », publiée sur Instagram. La déclaration poursuit en disant que son apparition est le résultat d’un « oubli et d’une ignorance » et qu’elle « tombe fondamentalement dans le mépris absolu de tous nos artistes exposants [sic], des participants et du personnel, en particulier ceux qui sont directement touchés par le génocide en cours en Palestine et les membres de la communauté autochtone ».

Dans sa propre déclaration, M. Libicki, qui explore l’identité juive dans son travail, a qualifié l’interdiction « d’illégale » et a affirmé qu’elle était « néfaste pour tous les artistes, quelles que soient leurs orientations politiques et leurs origines ». « J’ai toujours été publiquement favorable à la paix et à la création d’un État palestinien », a-t-elle ajouté. « En raison des populations vulnérables avec lesquelles je travaille, je préfère ne pas discuter de mes opinions politiques spécifiques en public », a-t-elle écrit dans une déclaration partagée par Jesse Brown, éditeur et journaliste juif canadien. « Je pense que toute surveillance de l’identité personnelle et de la nationalité des artistes est une erreur. »

Mais après la publication de l’article du Canadian Jewish News mercredi, le festival a supprimé sa « déclaration de responsabilité ». Il n’a pas répondu à une demande de commentaire de la Jewish Telegraphic Agency.

Le festival n’était pas la première organisation canadienne à interdire à une femme juive pour son service passé dans Tsahal depuis le début de la guerre contre le Hamas, le 7 octobre. En février, un événement organisé dans l’Ontario à l’occasion de la Journée internationale de la femme a annulé sa conférencière principale en raison de ses états de service dans l’armée israélienne ; cet événement a lui-même été annulé à la suite d’une réaction négative.

M. Libicki a déjà exposé au festival connu sous le nom de VanCAF, par le passé. Mais cette année, selon le Canadian Jewish News, un message propalestinien sur les réseaux sociaux a condamné le festival : « Pourquoi les membres des forces d’occupation [nom de Tsahal pour les groupes anti-Israël] se voient-ils accorder un espace dans les festivals artistiques et culturels ? » La publication indiquait qu’il aurait dû y avoir un « plan sécuritaire et un avertissement pour les personnes qui viennent au festival ». En réponse, le festival a publié une « déclaration de responsabilité » non signée. La déclaration indique que le festival « adhère strictement » aux directives du mouvement mondial de boycott d’Israël et qu’il « condamne le génocide en cours et le vol de terres commis par l’État d’Israël en Palestine ».

M. Libicki vit à Vancouver et a été nommée écrivaine résidente à la bibliothèque publique de Vancouver en 2017. L’automne dernier, a pris part au festival de la bande dessinée juive de New York

Recommandé pour vous