#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Au PIRLS 2021, le Maroc déclassé : Il n’y a pas pire…

Les élèves marocains se sont classés avant-derniers sur 57 pays, selon les résultats de la cinquième édition de l’Etude internationale pour l’évaluation du développement des compétences en lecture (PIRLS 2021). Leur score a été de 372 points, soit 128 points de moins que la moyenne de 500.
Au PIRLS 2021, le Maroc déclassé

Le Maroc, ainsi que 56 pays dans le monde, ont été analysés à travers des échantillons représentatifs de toutes les régions du pays, avec un total de 7 017 élèves de la quatrième année de l’enseignement primaire, 7 017 parents et tuteurs, ainsi que 266 enseignants de langue arabe répartis sur 266 écoles.

Cette étude internationale vise à suivre les performances des systèmes éducatifs au niveau mondial, dans le domaine de la lecture au quatrième niveau du primaire, ainsi que la maîtrise des compétences en lecture des élèves dans la langue approuvée pour l’enseignement. Elle permet aussi de suivre les performances des pays, afin de trouver les bases nécessaires pour élaborer des politiques éducatives à même de développer ces compétences.

L’évaluation s’articule autour des deux objectifs principaux : la lecture pour l’expérience littéraire, la lecture pour l’acquisition et l’utilisation des informations à vocation fonctionnelle. Les élèves marocains se sont classés 56e, devant leurs homologues sud-africains, arrivés derniers. L’Egypte s’est classée 55e, la Jordanie 54e et l’Iran 53e. Singapour est premier du classement, suivi de l’Irlande, de Hong Kong, de la Russie, de l’Irlande du Nord et de l’Angleterre au sixième rang, puis la Croatie, la Lituanie, la Finlande et la Pologne.

Le classement général comprend huit pays arabes : le Qatar, les Emirats arabes unis, Bahreïn, l’Arabie saoudite, le Sultanat d’Oman, la Jordanie et l’Egypte, en plus du Maroc. Tous ces pays n’ont pas pu dépasser la moyenne spécifiée de 500 points.

Commentant les résultats, le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement primaire et des sports a reconnu, dans un communiqué, que « la performance globale des élèves marocains est toujours en deçà des niveaux de performance attendus ». En effet, les résultats ont montré que 59% des élèves ne maîtrisaient pas les compétences des niveaux minimaux de performance en lecture. Le ministère a ajouté que ces résultats renforcent « les différents diagnostics nationaux et internationaux ayant révélé la crise d’apprentissage que connaît notre système éducatif ».

Par ailleurs, le département a souligné que le système éducatif et tous les acteurs devraient contribuer « à changer le modèle d’apprentissage et à le soutenir avec la méthodologie de la science et de la recherche, afin de permettre aux établissements de jouer leur rôle de promotion sociale, grâce à une approche réaliste et politique volontariste ».

Avec une augmentation annuelle de 7% du budget de l’éducation sur une période de cinq ans, « l’ambition réaliste pour 2026 est de lever les principaux écueils des apprentissages en fin de cycle primaire, ainsi que la maîtrise des élèves. Sur les apprentissages de base, leur permettant de poursuivre leur éducation sans difficultés », a souligné le ministère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous