#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Après les caméras chinoises : Haro nord-américain sur Tik-Tok

L'injonction émane du Bureau de la gestion et du budget de la Maison Blanche. Les agences fédérales US devront s'assurer que leurs appareils ne sont plus dotés de l'application de vidéos TikTok sous trente jours. Le Canada voisin a fait de même. Marchant dans les pas des Européens.
Haro nord-américain sur Tik-Tok

Détenue par l’entreprise chinoise ByteDance, TikTok a été prise pour cible par les législateurs américains qui considèrent l’application comme une menace à la sécurité nationale. Son usage sur les appareils des fonctionnaires avait été interdit dans une loi votée fin décembre, loi ratifiée par le président Biden en janvier. Shalanda Young, directrice de ce bureau, a demandé aux agences gouvernementales de « supprimer et d’interdire les installations » de l’application sur les appareils leur appartenant ou gérés par elles, et d’« interdire le trafic internet » depuis ces appareils vers l’application.

L’interdiction ne s’applique pas aux entités américaines ne dépendant pas du gouvernement fédéral, ni aux millions de particuliers qui utilisent TikTok. L’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) estime que cette nouvelle loi revient de facto à interdire TikTok. « Le Congrès ne doit pas censurer des plateformes entières et priver les Américains de leur droit constitutionnel à la liberté de parole et d’expression », a déclaré Jenna Leventoff, conseillère politique principale de l’ACLU, dans un communiqué. « Nous avons le droit d’utiliser TikTok et d’autres plateformes pour échanger nos pensées, nos idées et nos opinions avec des personnes du pays et du monde entier », a-t-elle ajouté.

Cette plateforme de vidéos courtes et virales, très prisée des jeunes, est la cible des Occidentaux qui craignent que Pékin puisse ainsi accéder aux données d’utilisateurs du monde entier. L’interdiction au sein du gouvernement fédéral américain survient quelques jours après une décision similaire de la Commission européenne, qui a interdit le 23 février TikTok à son personnel pour « protéger » l’institution.

Le gouvernement du Canada a, lui aussi, annoncé lundi qu’il bannissait TikTok des appareils mobiles fournis à son personnel à compter de mardi, évoquant « un niveau de risque inacceptable » pour la vie privée et la sécurité. TikTok fait déjà partie des applications chinoises interdites en Inde depuis 2020.

Les autorités craignent que leurs données personnelles ne se retrouvent entre les mains des dirigeants de l’entreprise chinoise ByteDance, propriétaire de TikTok, très liée à Pékin. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau lance d’ailleurs un avertissement à ses concitoyens.

Une enquête vient de démarrer au Canada pour vérifier si les utilisateurs de TikTok d’ici disposent d’une protection suffisante de leurs données, en particulier les jeunes. Selon certains sondages, plus de trois-quarts des Canadiens de 18-24 ans utiliseraient cette application.

Avec plus d’un milliard d’utilisateurs actifs dans le monde, TikTok pointe à la sixième place des plateformes sociales les plus utilisées, selon le dernier rapport de We Are Social sur l’évolution du numérique, publié en janvier.

 TikTok avait reconnu en novembre que certains employés en Chine pouvaient accéder aux données d’utilisateurs européens, et avait admis en décembre que des employés avaient utilisé ces données pour traquer des journalistes. Mais le groupe nie tout contrôle ou accès du gouvernement chinois à ses données.

De son côté, l’entreprise chinoise a déploré que le gouvernement canadien ne l’ait pas averti de sa décision concernant les fonctionnaires. Ses porte-paroles se disent prêts à venir discuter de protection de la vie privée.

Recommandé pour vous