#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Alger en veut à Madrid pour son appui au Plan d’autonomie : A. Tebboune assimile à « un faux pas » la démarche espagnole

L’Algérie reste braquée contre l’Espagne. Dans une interview accordée récemment à des médias locaux, le président algérien a qualifié de « faux pas » le soutien de Pedro Sanchez au plan marocain d’autonomie au Sahara occidental, pris le 14 mars 2022.
Alger en veut à Madrid pour son appui au Plan d’autonomie

Abdelmadjid Tebboune a pointé un « acte inamical » à l’égard de l’Algérie et non à l’endroit du Polisario. Une décision contre laquelle l’Algérie avait riposté par le rappel pour consultations de son ambassadeur à Madrid et la suspension du traité d’amitié et de bon voisinage signé en novembre 2022 avec l’Espagne.

« Les autorités espagnoles se sont engagées dans une campagne tendant à justifier la position qu’elles ont adoptée sur le Sahara occidental en violation de leurs obligations juridique, morale et politique de puissance administrante du Sahara occidental soit déclarée accomplie par les Nations unies », avait dénoncé un communiqué de la présidence algérienne produit en juin dernier. Pour sa part, l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers d’Algérie avait arrêté les paiements à destination et en provenance de l’Espagne.

« Personnellement, je suis profondément désolé de l’état des relations avec l’Espagne. L’Algérie n’est pas à l’origine de la crise » dans les relations entre les deux pays, a souligné A. Tebboune. Ajoutant que « pour le moment, le traité d’amitié avec l’Espagne est gelé à cause d’un acte inamical » du gouvernement de Pedro Sanchez. A. Tebboune a tenu, par ailleurs, à souligner que « le peuple espagnol n’a rien à voir. Nous avons de très bonnes relations avec lui. Nous avons un grand respect pour le roi d’Espagne et il le sait. Pour d’autres organismes, nous continuons à travailler avec eux ».

A rappeler que le ministère espagnol de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme a invité, la semaine dernière, les entreprises espagnoles opérant en Algérie, et lourdement affectées par les mesures prises par le gouvernement algérien, à quitter le pays. Des sanctions que réprouve l’Union européenne. En témoignent les déclarations à la presse ibérique faites par Denis Redonnet, directeur général adjoint de la Direction générale pour le commerce à la Commission européenne, lors d’une visite à Valence. « Les mesures prises par les autorités algériennes sont très préoccupantes, non seulement en Espagne, mais aussi au sein de l’UE, car elles affectent la politique commerciale commune », a-t-il déploré.

Une position immédiatement dénoncée par les autorités algériennes qui ont accusé Bruxelles d’entretenir « sciemment la confusion entre les dimensions politique et commerciale » de la crise entre l’Algérie et l’Espagne. « L’attitude obstructionniste » du gouvernement espagnol sur le dossier du Sahara « bloque l’adoption des priorités du partenariat, négociées et finalisées depuis de nombreux mois, dans le cadre de la politique européenne de voisinage », a déclaré à l’APS, sous couvert d’anonymat, un haut cadre au ministère algérien des Affaires étrangères.

José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, avait affirmé que « chaque fois que nous détectons une opération bloquée, nous continuons à l’envoyer à la Commission européenne, car la politique commerciale est une politique commerciale commune. C’est l’UE qui a les instruments, tant pour le dialogue que pour la réponse, et il y a des contacts entre les autorités européennes et algériennes ». 

L’Espagne occupera au deuxième semestre de cette année la présidence tournante de l’Union européenne. P. Sanchez prévoit de réunir, dans un sommet, les pays de l’UE et ceux de la rive sud de la Méditerranée.

Recommandé pour vous