#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Affaire O. Kavala, en Turquie : R.T.Erdogan demande l’expulsion d’une dizaine d’ambassadeurs

Le Président turc a annoncé samedi avoir ordonné à son ministère des Affaires étrangères de déclarer « personae non gratae » dix ambassadeurs qui ont appelé à la libération immédiate d’Osman Kavala, emprisonné sans jugement depuis 2017 pour des soupçons d’activités illégales contre le gouvernement.

«J’ai ordonné à notre ministre des Affaires étrangères d’appliquer immédiatement des mesures pour déclarer ces 10 ambassadeurs «personae non gratae », a indiqué le chef de l’État turc.
Les ambassades de 10 pays, la France, le Canada, l’Allemagne, les États-Unis, la Finlande, les Pays-Bas, la Nouvelle Zélande, le Danemark, la Norvège et la Suède, avaient précédemment lancé cet appel à le libérer. Une démarche qui a débouché sur la convocation des représentants de ces pays au ministère turc des Affaires étrangères pour leur rappeler l’indispensabilité de respecter la convention de Vienne sur les relations diplomatiques.
Osman Kavala est accusé par la justice turque d’avoir financé des manifestations en Turquie en 2013 et d’être impliqué dans la tentative de coup d’État de juillet 2016, ce qu’il dément. Depuis 2013, cet opposant, activiste et philanthrope, âgé de 64 ans, fait l’objet d’accusations pour des tentatives de déstabiliser la Turquie. En particulier, il est visé pour avoir soutenu en 2013 les manifestations antigouvernementales connues sous le nom de mouvement de Gezi, dirigé contre Recep Tayyip Erdogan, qui était Premier ministre à l’époque. En février 2020, il a été acquitté de ces accusations. Ensuite, il a été accusé de tentative de renverser le gouvernement au moment de la tentative de coup d’État de 2016.
Ankara n’a pas répondu en 2019 aux sollicitations de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ayant réclamé sa « libération immédiate ». Selon la justice turque, il doit rester incarcéré au moins jusqu’au 26 novembre. Le Conseil de l’Europe a récemment mis en garde Ankara contre d’éventuelles sanctions si l’opposant n’est pas libéré d’ici sa prochaine session en novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous