#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Tension Russie-OTAN : Berlin monte au créneau !

Accusant la Russie de violations au-dessus des États baltes et d’attaques croissantes en mer Noire, la ministre allemande de la Défense prône des mesures dissuasives auprès de l’Otan. Pourtant, Moscou dénonce l’intensification des activités frontalières de l’Alliance et lui reproche de vouloir transformer la mer Noire en théâtre de confrontation.

Alors que les relations entre Moscou et l’Otan sont au plus bas, Annegret Kramp-Karrenbauer, ministre allemande de la Défense, a appelé le 21 octobre l’Alliance à montrer à la Russie que celle-ci était prête à utiliser des moyens militaires de dissuasion. Les responsables de l’Alliance soulignent en même temps qu’ils n’estiment pas une attaque russe imminente. « Nous [l’Otan, ndlr] devons dire très clairement à la Russie qu’en fin de compte – et c’est aussi la doctrine de la dissuasion – nous sommes prêts à utiliser de tels moyens pour qu’ils aient un effet dissuasif à l’avance et que personne n’ait l’idée d’attaquer les partenaires de l’Otan », indique-t-elle sur les ondes de Deutschlandfunk.
Elle a reproché à la Russie des « violations continues de l’espace aérien au-dessus des États baltes, mais aussi l’augmentation des attaques dans la région de la mer Noire ».
Cette déclaration intervient à l’occasion de la tenue d’une réunion qui accueille au siège bruxellois de l’Alliance atlantique les 30 ministres de la Défense de l’Otan. Ces derniers ont approuvé jeudi 21 octobre un nouveau plan directeur pour se défendre contre toute attaque russe menée sur plusieurs fronts.
Du côté de Moscou, il y a lieu de rappeler que Dmitri Peskov, porte parole du Kremlin, a estimé qu’il est « inutile de dialoguer dans de telles conditions », du fait de ce plan. « Cela confirme de la manière la plus frappante la justesse de la décision de la Russie, prise quelques jours plus tôt, concernant la fin du dialogue officiel [avec l’Otan, ndlr] », a-t-il noté.
Le 18 octobre, le ministre russe des Affaires étrangères a annoncé la suspension des travaux de la représentation permanente de la Russie auprès de l’Otan après que l’Alliance a pris la décision de réduire à 10 personnes le personnel de celle-ci, y compris le personnel technique et administratif.
Il souligne que Moscou n’a jamais nourri d’illusions sur les objectifs de l’Otan qui se réaffirment. « L’Alliance n’a pas été créée pour la paix, elle a été créée pour la confrontation, elle a été conçue à ces fins. La Russie prend constamment des mesures pour défendre ses propres intérêts », a expliqué D. Peskov qui estime que ce processus se poursuivra.
La Russie a déclaré à plusieurs reprises qu’elle n’avait d’intention agressive envers aucun pays et a demandé de se pencher sur l’intensification sans précédent des activités otaniques près de ses frontières.
La poursuite du déploiement d’armements des pays membres de l’Alliance près des frontières russes a été mise en exergue vendredi 22 octobre par Alexandre Grouchko, vice-ministre russe des Affaires étrangères sur la chaîne Rossiya 24. « Il s’agit non seulement de l’augmentation de l’activité militaire et d’un grand nombre d’exercices impliquant une composante stratégique, mais aussi de l’aménagement des infrastructures, des aérodromes, des entrepôts, du placement des équipements de renfort, des infrastructures portuaires », a déclaré le diplomate.
Selon lui, cela oblige également la Russie à « prendre des mesures appropriées, prises pour assurer à 100% notre sécurité et notre stabilité militaires ».
En outre, il dénonce les tentatives de l’Otan de transformer la mer Noire en théâtre de confrontation. « Maintenant qu’elle [l’Otan, ndlr] s’est occupée de la région de la mer Noire, nous observons une activité en Bulgarie et en Roumanie. Elle a déjà transformé la mer Baltique en théâtre de rivalités militaires. Elle ouvre la voie pour transformer la mer Noire en théâtre de confrontation militaire. C’est une voie extrêmement dangereuse, pleine de risques d’incidents militaires et d’escalade », a-t-il noté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique

Recommandé pour vous