Logo Perspectives med

L’armée nigériennes réplique fortement : Des dizaines de djihadistes au tapis à Menaka

Au Niger, après une meurtrière embuscade, le 10 février dernier, dans l’ouest du pays, les forces spéciales nigériennes ont répliqué. Lors de nouveaux accrochages, la semaine dernière, avec des groupes armés, les soldats nigériens ont engagé une véritable opération de ratissage avec des moyens terrestres et aériens, jusqu’en territoire malien. « 79 terroristes » ont été tués, selon le ministère de la Défense. Du matériel a été récupéré et leur base de Hamakat, au sud de Menaka, a été détruite.
L’armée nigériennes réplique fortement

Après avoir perdu 17 soldats dans une embuscade tendue par les jihadistes, le 10 février dernier, les forces spéciales nigériennes n’avaient pas pu poursuivre les assaillants en territoire malien. Cette fois-ci, grâce à un droit de poursuite accordé par les autorités maliennes, elles ont pu franchir la frontière dans une opération commando sur les traces de l’ennemi.

Le 17 mars dernier, une mission de ratissage au nord de la localité nigérienne de Tiloa avait été accrochée par des éléments jihadistes. Une poursuite s’était simultanément engagée par les forces aéroterrestres, jusqu’en territoire malien, à 80 km de Menaka, dans la zone de Hamakat. C’est là que s’étaient cachés les responsables de l’embuscade qui a coûté la vie aux 17 soldats nigériens, à Intagamey.  Le bilan est très lourd dans les rangs des jihadistes. « Soixante-dix-neuf terroristes ont été neutralisés, plus d’une centaine de motos détruites, plusieurs moyens de communication et des armes récupérés », précise le ministère de la Défense. Des sources sécuritaires nigériennes précisent que des ratissages intenses le long de la frontière entre les deux pays se poursuivent actuellement.

Cette victoire sur Daech est le résultat de la visite du chef d’état-major des armées nigériennes, le général Salifou Modi, à Bamako, le 9 mars dernier. Le droit de poursuite contre l’ennemi a été discuté et obtenu. « Désormais, dit-on, il n’y aura plus de répit pour l’ennemi. Il sera poursuivi jusque dans son dernier retranchement. »

Toutes les attaques terroristes, dans cette zone, viennent du nord du Mali. Avec cet accord, les forces armées nigériennes comptent assurer le travail en lieu et place de l’armée malienne, absente sur ses frontières sud avec le Niger.

Recommandé pour vous