#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Fièvre indépendantiste en Nouvelle-Calédonie : Paris s’en prend à Bakou

Alors que l’état d’urgence a été déclaré en Nouvelle-Calédonie et qu’un deuxième gendarme a été tué jeudi matin, Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, a estimé que les indépendantistes étaient de mèche avec l’Azerbaïdjan. Bakou a dénoncé une calomnie.
Fièvre indépendantiste en Nouvelle-Calédonie : Paris s’en prend à Bakou

«  Sur l’Azerbaïdjan, ce n’est pas un fantasme, c’est une réalité. » Interrogé sur France 2 ce 16 mai au matin, le ministre de l’Intérieur a mis en cause Bakou dans les tensions qui agitent la Nouvelle-Calédonie depuis trois jours. Il a regretté « qu’une partie des leaders indépendantiste calédoniens aient fait un deal avec l’Azerbaïdjan », avant d’ajouter que l’Azerbaïdjan était « une dictature qui massacre […] une partie des Arméniens ». Une passe d’armes qui ne manquera pas de raviver les tensions déjà vives entre Bakou et Paris, sur fond de soutien français à l’Arménie. « Nous rejetons totalement les accusations infondées du ministre français », a rétorqué la diplomatie azerbaïdjanaise. « Nous démentons tout lien entre les leaders de la lutte pour la liberté calédonienne et l’Azerbaïdjan », a-t-elle ajouté, fustigeant des « déclarations insultantes » et « une campagne de calomnie » menée par Paris, selon elle.

En avril dernier, le Parlement azerbaïdjanais et le Congrès néo-calédonien ont signé un mémorandum de coopération, conduisant à des visites de délégations. La présence d’indépendantistes néo-calédoniens à Istanbul en février dernier lors d’une conférence internationale intitulée « Décolonisation : le réveil de la renaissance » organisée par le Groupe d’initiative de Bakou, qui apporte son soutien symbolique à des mouvement anticoloniaux.

G. Darmanin a en outre fait le bilan de l’opération de sécurité menée dans l’archipel. Le ministre de l’Intérieur a annoncé sur France 2 que « dix leaders mafieux » avaient été assignés à résidence, citant notamment la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT), qu’il assimile à une organisation « terroriste ». Le 15 mai, l’armée française s’est déployée pour sécuriser les ports et aéroports, à la suite de l’instauration de l’état d’urgence, qui permet aux autorités de restreindre les libertés de circulation et de réunion. Louis Le Franc, représentant de l’État français, a estimé que la nuit du 15 au 16 mai avait été « moins violente », avant d’ajouter que des « affrontements très importants » ont encore avaient constatés dans l’archipel.

Dans la même nuit, les émeutes ont conduit à environ 70 nouvelles arrestations, portant le total à 200. Sur l’ensemble de la commune du Grand Nouméa, les rassemblements sont interdits, alors que le transport et le port d’arme ainsi que la vente d’alcool sont interdits sur l’ensemble du territoire néo-calédonien. Le réseau social TikTok a de surcroît été suspendu.

G. Darmanin a par ailleurs annoncé une hausse de 1 700 à 2 200 gendarmes dans les 24 heures. Il a tenté de se montrer rassurant en affirmant que « le calme va être rétabli, il n’y a pas, à ma connaissance de morts supplémentaires. » Quelques minutes après son intervention télévisée, on apprenait pourtant le décès d’un deuxième gendarme à la suite d’un « tir accidentel », portant à cinq le nombre de victimes : deux gendarmes et trois Calédoniens. Le nombre de gendarmes blessés s’élève lui à 64, selon le communiqué de presse du Haut-commissariat à la Nouvelle-Calédonie paru le 16 mai.
Les émeutes qui agitent la Nouvelle-Calédonie ont éclaté après l’annonce le 13 mai du vote par l’Assemblée nationale d’une loi visant à élargir le droit de vote à de nouveaux électeurs aux élections provinciales, le scrutin local le plus important dans cet archipel. Le vote a été entériné le 15 mai par l’Assemblée. Les indépendantistes estiment que les Kanaks (population native) risquent d’être désavantagés par cette réforme. Cette arrivée de nouveaux électeurs est appelée le « dégel du corps électoral ».

François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine a rappelé en quoi la Nouvelle-Calédonie est importante pour Paris. « La Nouvelle-Calédonie est le troisième producteur mondial de nickel. Le nickel est un minerai qui sert à fabriquer des aciers spéciaux contemporains mais aussi des batteries pour les ordinateurs, les téléphones portables et les véhicules électriques. Il y a un intérêt géostratégique très important pour la France », souligne-t-il.

La Nouvelle-Calédonie apporte aussi une zone exclusive économique à Paris, au milieu du « lac anglo-saxon » constitué dans le Pacifique sud. « C’est quand même un petit joyau. Certains y voient une sorte de porte-avions français dans un océan qui a été très longtemps un océan anglo-saxon. On est près de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande. Les États-Unis ne sont jamais très loin, notamment par leur présence à Guam ou dans les pays limitrophes, aux Samoa américaines. Dans ce lac anglo-saxon la présence française fait tâche », le politique français.

Recommandé pour vous