#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Face aux avancées russes sur le terrain : Kiev réagit en activant missiles et drones contre la Crimée

Les forces ukrainiennes ont lancé une attaque coordonnée contre la Crimée dans la nuit du 29 au 30 mai. Le ministère russe de la Défense a indiqué avoir neutralisé huit missiles ATACMS de fabrication US au-dessus de la mer d’Azov et 13 drones aériens ukrainiens dans la région de Krasnodar, près de la péninsule de Crimée.
Face aux avancées russes sur le terrain : Kiev réagit en activant missiles et drones contre la Crimée

Huit missiles tactiques ATACMS ont été détruits par la défense anti-aérienne russe au-dessus de la mer d’Azov, près de la Crimée, a rapporté jeudi la Défense russe qui a également assuré avoir détruit dans la nuit deux drones de surface ukrainiens en mer Noire, qui « se dirigeaient vers la Crimée ». « La nuit dernière, les forces armées ukrainiennes ont mené une nouvelle attaque sur la péninsule de Crimée après plusieurs jours de pause », a rapporté le média russe Rybar. Et d’ajouter : « Avant la frappe, des navires de surface sans pilote ukrainiens ont été repérés près de la Crimée. »  Selon Rybar, ces huit missiles balistiques ont été tirés « depuis la région de Mykolaïv en direction de Kertch ». « Les unités de la 31e division ont réussi à abattre toutes les cibles », selon la même source, ajoutant que des débris tombés dans la zone du port de Kertch ont endommagé deux bacs de traversée.

Plusieurs attaques de drones aériens ont aussi été contrées par la Défense russe. « Cinq drones aériens ukrainiens ont été abattus par les systèmes de défense anti-aérienne au-dessus de la région de Krasnodar », a indiqué le ministère, et huit autres drones ont été interceptés dans la nuit « au-dessus de la mer Noire, à proximité du littoral de la Crimée ». Rybar relève qu’un bateau russe a été endommagé à Tchornomorskoïé. Selon ce média, les attaques étaient coordonnées.

Cette nouvelle tentative ukrainienne intervient alors que les alliés occidentaux de Kiev débattent de la levée de restrictions d’utilisation des missiles qui lui sont livrés, afin d’autoriser les forces ukrainiennes à tirer sur des cibles en Russie. Les missiles de longue portée ATACMS ont déjà été fournis secrètement par Washington en février dernier. L’armée russe annonce régulièrement en abattre.
Lors d’une interview accordée à RIA Novosti, le chef de la diplomatie russe a estimé que la poursuite du conflit était inévitable tant que régnerait à Kiev le « parti de la guerre ». Le ministre russe est également revenu sur les fournitures de F-16 à l’Ukraine, ainsi que sur le déploiement de missiles américains à proximité des frontières russes. « Espérons que tôt ou tard des forces politiques apparaîtront en Ukraine, soucieuses des intérêts du peuple », a déclaré Sergueï Lavrov.

Interrogé sur l’horizon d’un éventuel arrêt des opérations militaires en Ukraine, le chef de la diplomatie russe a estimé qu’un dialogue de paix avec Kiev restait pour l’heure « difficilement imaginable », dans la mesure où le « parti de la guerre » demeurait au pouvoir dans le pays. « Pour l’instant, il n’y a pas d’autre choix que de poursuivre l’opération militaire spéciale jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints », a ajouté le ministre russe, qui était notamment relancé sur le fait que le mandat présidentiel de Volodymyr Zelensky avait expiré depuis le 20 mai dernier.

Également interrogé sur ce point, lors d’une conférence de presse à Minsk le 24 mai, Vladimir Poutine avait déclaré qu’il revenait à l’Ukraine de répondre elle-même à cette question de la légitimité de V.Zelensky, avant d’estimer le 28 mai que le Parlement ukrainien et le président de la Rada étaient selon lui les plus légitimes. La Russie se devait d’être « totalement sûre » d’avoir affaire à des autorités « légitimes » en cas de reprise des pourparlers de paix, avait ajouté le président russe.

Selon S. Lavrov, il existe, « théoriquement » un moyen d’avancer plus vite vers une résolution politique du conflit : que l’Occident « cesse d’injecter des armes en Ukraine » et que Kiev cesse les hostilités. « Plus tôt cela se produira, plus tôt un règlement politique commencera », a-t-il ajouté, réitérant que la Russie demeurait ouverte aux négociations. « Cependant, il faut bien comprendre que nous parlons de paix et non d’une trêve. Cela ne sert à rien de laisser une pause à l’ennemi, dont il profitera à nouveau pour se regrouper et se réarmer », a précisé le ministre. « Le fait de doter le régime de Kiev d’armes de plus en plus destructrices témoigne du désintérêt de l’Occident à mettre fin au conflit », a-t-il encore dénoncé. « Ces avions seront détruits, comme d’autres types d’armes fournies à l’Ukraine par les pays de l’OTAN », a déclaré S. Lavrov, réitérant son avertissement de juillet dernier selon lequel ces appareils étaient l’un des vecteurs du feu nucléaire US. La fourniture à Kiev de ce modèle spécifique de chasseurs-bombardiers est ainsi à ses yeux « un signal délibéré de l’OTAN dans le domaine nucléaire ».

Le haut diplomate russe a également salué le positionnement de Pékin vis-à-vis du conflit ukrainien. Interrogé quant au fait que Moscou pourrait soutenir une initiative chinoise visant à réunir à la fois la Russie et l’Ukraine lors d’une conférence de paix, le ministre a répondu par l’affirmative, estimant que cela « s’inscrirait dans la continuité des efforts de Pékin pour résoudre la crise ukrainienne ». Depuis février 2023, la Chine a en effet proposé un document en 12 points afin de mettre un terme au conflit, appelant au respect de l’intégrité territoriale de tous les pays mais aussi à prendre en considération les exigences de sécurité russes. Moscou estime depuis que la Chine a compris les causes profondes du conflit et cherche à garantir « les intérêts légitimes de toutes les parties » afin de parvenir à un accord.

Au-delà de la crise ukrainienne, Moscou et Pékin perçoivent une même menace dans le déploiement de missiles américains de portée intermédiaire (FNI) dans leurs zones géographiques respectives. Interrogé sur un éventuel déploiement de ces armes en Europe, S. Lavrov a estimé que ces dernières constitueraient « un sérieux défi en matière de sécurité », notamment parce que leur rayon d’action pourrait « couvrir les postes de commandement et les emplacements de nos forces nucléaires ».

Le 27 mai, la Pologne a annoncé l’achat de missiles de croisière AGM-158B JASSM-ER auprès des États-Unis, d’une portée de 1 000 kilomètres. Missiles qui pourraient être livrés entre 2026 et 2030. En novembre 2023, le général Charles Flynn, commandant de l’armée américaine pour le Pacifique, avait annoncé « l’intention de déployer » en 2024 des missiles Tomahawks dans cette région du monde, sans préciser où exactement. Le Tomahawk peut parcourir jusqu’à 2 500 kilomètres. « De telles actions déstabilisatrices des États-Unis représentaient une menace directe à la fois pour notre pays et pour la Chine », a dénoncé S. Lavrov. « C’est pourquoi nous sommes convenus avec nos partenaires chinois d’accroître notre coopération pour contrecarrer le comportement irresponsable de Washington qui porte atteinte à la stabilité internationale », a-t-il poursuivi.

Recommandé pour vous