#Libération_Palestine

Logo Perspectives med

Grève des enseignants

L’année scolaire en question : Le bras de fer perdure entre enseignants et tutelle

L’année scolaire en question : Le bras de fer perdure entre enseignants et tutelle

La Coordination nationale des enseignants et des cadres du soutien, dits « contractuels », n’entend nullement abandonner la lutte. La famille des enseignants a été appelée, samedi et dimanche, à participer aux diverses formes de protestation locales ou régionales, pour sauvegarder la dignité et dénoncer les suspension ayant touché des centaines de grévistes, hommes et femmes.

L’école publique en crise : Qui jette de l’huile sur le feu ?

L’école publique en crise : Qui jette de l’huile sur le feu ?

A l’heure où le ministère de l’enseignement assurait vouloir « boucler » le conflit qui secoure l’école marocaine depuis la rentrée, en scellant l’accord avec les centrales syndicales « les plus représentatives », et en prévoyant de rallonger l’année scolaire d’une semaine, voilà qu’un ordre a été donné aux instances pour suspendre les enseignants grévistes. Au moins un millier d’enseignants, actifs au niveau des diverses coordinations, ont reçu une notification dans ce sens. De quoi braquer davantage un corps enseignant qui, non sans raison, a réussi à décrédibiliser les partenaires sociaux et exige plus de la tutelle pour que les choses reprennent leur cours normal.

Réforme de l’école publique : Un accord à l’arraché et des grèves programmées

Réforme de l’école publique : Un accord à l’arraché et des grèves programmées

C’est par vidéoconférence que le Chef du gouvernement a présidé, mardi à Rabat, la cérémonie de signature du procès-verbal de l’accord sur le statut des fonctionnaires du secteur de l’éducation nationale. Un accord qui ne fait pas l’unanimité au sein des coordinations. Une grève a d’ailleurs été lancée les 26, 27, 28 et 29 décembre.

Crise de l’école publique : Le conflit est-il plié ?

Crise de l’école publique : Le conflit est-il plié ?

Les observateurs de la scène nationale ont les regards braqués sur les résultats de l’ultime round des négociations qui trainent depuis plusieurs mois sur le statut des enseignants et la revalorisation de leurs conditions de vie et de travail. C’est ce qu’a laissé entendre le ministre en charge de l’éducation. Les enseignants ont donné le gage de l’esprit positif qui préside à leur action. Ils ont décidé de surseoir à la grève en intégrant les écoles depuis lundi.

Reprise des cours dans l’école marocaine : La FNE lâche du lest, mais…

Reprise des cours dans l’école marocaine : La FNE lâche du lest, mais…

Que de temps perdu ! Finalement, les élèves retrouveront les bancs d’école en ce début de semaine après la décision de la Fédération nationale des enseignants, réintégrée au dialogue social en cours, de surseoir aux grèves décidées. Dans les rangs de cette représentations syndicale qui fait écho aux coordinations, on assure que la normalisation en cours reste tributaire de l’avancée des négociations encore ouvertes avec la tutelle sur les divers points du cahier revendicatif. Autant dire que le ministère ne dispose pas d’un blanc-seing…

Statut unifié des enseignants : La majorité des Marocains s’y opposent, assure le CMC

Statut unifié des enseignants : La majorité des Marocains s’y opposent, assure le CMC

Les Marocains estiment, dans leur majorité, que le retrait du système de base, voire sa révision complète intégrant les revendications du corps éducatif, constitue la seule solution pour surmonter la crise qui secoue l’école publique. C’est ce qu’indique le Centre Marocain de la Citoyenneté (CMC) dans une récente étude. Près de 96,6% des participants à l’enquête ad hoc rejettent le système de base instauré par le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports.

Dans les kiosques

Suivez-nous sur: